Rogue One : A Star Wars Story

Rogue One : A Star Wars Story

Synopsis de Rogue One : A Star Wars Story

Lyn Erso est la fille de Galen Erso, l’ingénieur en chef de la plus grosse arme de destruction de la galaxie. Elle rejoint les Forces Rebelles contre l’Empire Galactique car elle est la seule à pouvoir retrouver son père, afin de dérober les plans de l’Étoile de la Mort.

Mon avis détaillé sur Rogue One : A Star Wars Story

Comme il s’agit d’un spinoff, c’est clairement un épisode dont on peut se passer pour comprendre l’histoire principale, car on sait déjà comment ça fini dans le IV. C’est vraiment un film qui se concentre le comment plutôt que le pourquoi et c’est plutôt réussi.

Une bonne partie du film est assez convenue, parfois avec 2-3 raccourcis scénaristiques (genre c’est le cinéma), j’avais même l’impression qu’on m’a déjà montré cet avancement (les rencontres des différents protagonistes sont assez classiques) avec quand même quelques surprises mais le véritable intérêt du film est dans sa dernière phase, car Gareth Edwards a réussi à poser quelques nouveautés dans un énième combat spatial, aussi bien du côté vaisseau que du côté soldats.

Aussi, le fan-service un peu abusif dans le VII est bien moins présent et très bien dosé, ce sont vraiment des clins d’œil cette fois. Tout comme l’humour que j’ai trouvé subtile (une blague sur un aveugle m’a fait tout le film sérieux !) car il intervient quand on s’y attend pas mais sans casser l’action.

J’avais peur que le personnage du robot K-2S0 remplace un certain C3PO mais il est singulier et se démarque. C’est même mon personnage préféré de cet épisode ! Le Capitaine Cassian aussi m’a surpris car la bande annonce l’annonçait sans réel charisme et sans aplomb, ce qui n’est pas le cas : il est plutôt sombre et déterminé. Les échanges avec Jyn et l’évolution de leur relation sont très bien joués. Un peu déçu de Mads Mikkelsen car il n’apparaît pas beaucoup à l’écran donc il ne peut pas se permettre de montrer tout son potentiel. Pour répondre à ma question sur Forest Whitaker dans mon article sur Premier Contact (que vous pouvez lire ici) il n’est pas non plus très présent mais a un rôle assez différent car ici il s’agit d’un militaire extrémiste en déclin plutôt convaincant. Quant à l’héroïne jouée par Felicity Jones, elle reste dans la lignée des femmes d’action au premier plan, mais elle ne révolutionne pas le genre pour autant. Par contre, j’ai apprécié l’ajout de plus de pilotes féminins à bord des X-Wings. D’ailleurs, le grain des plans en cockpit faisait vraiment penser aux anciens épisodes, comme s’ils avaient repris des rushs.

Les effets spéciaux sont très réussis, on garde le rapport de taille avec le gigantisme des bâtiments de guerre ou encore la qualité de rendu de certains personnages numériques. Un gros coup de cœur pour les immenses destructions qui sont vraiment impressionnantes. Le Grand Large 3D et le Dolby 7.1 ont bien fait leur taff !

Un bon film en soi, qui met pas mal de temps à démarrer à mon goût, assez classique mais avec quelques apports visuels intéressants (VFX comme qualité des plans). On sent une distinction de style avec la saga, ce qui était le but. En tout cas, il peut nous faire patienter avant le prochain vrai épisode (j’entends également par vrais nouveaux enjeux)

Informations sur le film :

Titre ? Rogue One : A Star Wars Story

Réalisation de ?

Genre ? ,

Durée ? 133 min

Nationalité ?

Sorti le ? NC

Vu le ? 14/12/2016

Dans quel cinéma ?

Si vous avez envie...

… de savoir comment ont été récupéré les plans de l’Etoile de la Mort, d’un nouveau copain robot et de faire passer la fibre optique pour du 56K, prenez part à l’escadron Rogue One.

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Envie de donner votre avis ?