Aller au contenu

Beau Is Afraid

Quand Ari Aster se lance dans son projet le plus personnel, ça donne Beau Is Afraid. Et euh… comment dire…

Synopsis de Beau Is Afraid

Beau doit retrouver sa mère pour l’anniversaire de la mort de son père. Mais un concours de circonstances l’empêche de s’y rendre comme prévu…

Beau Is Afraid (Bande-Annonce)

Mon avis rapide sur Beau Is Afraid

Si Midsommar était perturbant, vous n’êtes pas prêts pour Beau Is Afraid. Dans ce contexte, la folie qui entoure le protagoniste en devient anxiogène. L’ambiance d’incompréhension permanente ne se justifie pas vraiment. D’autant que le film prend 3 heures pour raconter ça.

Ce long-métrage ne plaira clairement pas à tout le monde (moi y compris), car il s’agit surtout d’une expérience personnelle (peut-être trop longue). En tout cas, Joaquin Phoenix mène la barre comme a son habitude. De plus, la photographie et certaines idées de réalisation viennent confirmer le talent d’Ari Aster.

↓ Découvrez mon avis détaillé plus bas ↓

Mon avis détaillé sur Beau Is Afraid

Ça faisait quelques jours que j’essayais de voir Beau Is Afraid. Sorti il y a quelques temps déjà, j’ai eu la chance de le trouver encore au Méliès de Montreuil. Donc pas loin de chez moi. Cependant, mon 1er essai a été vain, à cause d’un problème de bus. J’ai donc retenté et… est-ce que finalement, ce n’était pas un signe d’avoir échoué la première fois ?

J’avais hâte de découvrir d’une part le nouveau terrain de jeu de Joaquin Phoenix et d’autre part, la nouvelle création Ari Aster chez A24.

Concernant le premier point, j’en ai eu pour mon argent. L’acteur qui a déjà largement fait ses preuves dans Her et The Joker, nous embarque ici dans un tout nouveau tourbillon de mal-être angoissant. De plus, j’ai été agréablement surpris de revoir Denis Ménochet (excellent dans As Bestas), dans un rôle qui rejoint totalement ce dont je vais parler. À savoir le second point, où je dois avouer avoir été assez perturbé, ce qui semble être le but du film…

L’aspect comédie fonctionne un temps, mais c’est tellement wtf que j’ai fini par ne plus rire (contrairement à une voisine qui réagissait sincèrement toutes les deux minutes. Cela venait sans doute combler un malaise aussi)

Cela dit, je me doute qu’on altère volontairement la perception de la réalité. Il faut quelques jours pour digérer ça d’ailleurs.

En effet, les premiers arcs sont terriblement anxiogènes. Entre situations imprévisibles et culpabilités injustes, j’ai été plus d’une fois mal à l’aise. D’autant que la folie et l’univers qui entoure le protagoniste ne sont pas vraiment expliqués. Si ce n’est qu’on peut se trouve juste dans la tête du protagoniste. Ainsi, je fini par me dire que tout peut arriver. Et c’est ce côté qui me perturbe, ça me rappelle par moment la brutalité de Mother!

En soi, je ne suis pas contre le cassage de codes et le mystère gênant. C’est bien d’avoir de temps en temps une œuvre comme Beau Is Afraid qui change la manière de raconter une histoire audio-visuelle.

Cependant je n’aime pas rester aussi longtemps longtemps sans réponse. On a ici un film qui se veut mystérieux en montrant diverses situations insolites, pour au final ne jamais les justifier. Donc quasiment 3 heures comme ça, c’est long. J’avais aimé Midsommar pour ce côté dérangeant. Dans ce film là, je trouve que c’est encore plus poussé à l’extrême.

D’autant qu’il s’agit de l’adaptation d’un des premiers court-métrages du cinéaste, intitulé Beau. Je ne l’ai pas vu et sans doute qu’il a dû inclure d’autres thématiques depuis.

En fait, on passe littéralement une expérience de visionnage (un peu à l’instar de Mad God par exemple, dans un registre plus contemplatif) Le film aborde tellement de sujets, que je ne sais même pas ce qu’il veut raconter. C’est au spectateur d’interpréter à sa guise ce qu’il voit. Ce qui entraîne deux points : soit on voit ça comme de la flemme, soit comme de l’élitisme. Après, il existe une éventuelle troisième option. Celle de montrer une version tout en acceptant diverses interprétations.

Donc je salue l’aspect expérimental, car il a réussi à me maintenir intrigué jusqu’à la fin sans décrocher. De plus, la photographie et quelques idées de mise en scènes viennent clairement confirmer le talent d’Ari Aster.

Vous aimez Jevaisciner.fr ?

Soutenez le site en achetant l’autocollant officiel ici !

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Informations sur le film :

Beau Is Afraid Poster

Titre ? Beau Is Afraid

Réalisation de ?

Scénario de ?

Durée ? 179 min

Sorti le ? 26/04/2023

Vu le ? 22/05/2023

Dans quel cinéma ?

Envie de donner votre avis ?

Laisser un commentaire