Festival d’Annecy 2021

Comme en 2020, je ne me suis pas rendu sur place pour le Festival d’Annecy 2021. Je n’ai pas non plus accédé aux longs-métrages en compétition, ni à la VR. Néanmoins, j’ai pu profiter de plusieurs conférences en ligne !

Quoi ?

Chaque année, la ville d’Annecy met en compétition des long-métrages et court-métrages d’animation, de toutes les nationalités. C’est l’occasion aussi de créer des rencontres dans ce domaine, grâce au Marché International du Film d’Animation (MIFA), des conférences, des avant-premières, des meet-up, des Work in Progress, des interviews… Pour 2021, le Festival a enfin pu fêter ses 60 ans, et une nouvelle fois mis à l’honneur l’Afrique.

Alors ?

Le Festival d’Annecy 2021 a été hybride ! Une partie était sur place, mais on pouvait accéder à de nombreux événements retransmis en ligne. N’ayant pu me déplacer au célèbre lac haut-savoyard, je vous parlerai ci-dessous des conférences qui m’ont marqué. Avant ça, je souhaiterai une nouvelle fois remercier Le Blog De Cheeky, qui m’a permis de visionner ces panels grâce à l’accréditation presse. Vous retrouverez d’ailleurs mes articles dédiés plus détaillés chez Cheeky.

Les Works In Progess prometteurs

Festival Annecy WIP

Le Petit Nicolas: Parfum d’Enfance d’Amandine Fredon et Benjamin Massoubre (2022)

Il s’agit d’un projet hybride d’animation numérique 2D, contenant deux parties, qui se mélangeront lors de certains passages.

D’un côté, on retrace de façon réaliste l’histoire des auteurs René Goscinny et Jean-Jacques Sempé. On reprend le style de ce dernier, en se concentrant sur l’ambiance lumineuse avec des lignes fines.

De l’autre côté, on adapte des histoires du Petit Nicolas, avec quelques chansons et calquant certains cadrages originaux. Le style plus cartoon a pour défi de retranscrire l’aquarelle et les décors ouverts.

La conférence nous a rendu compte du travail d’adaptation réussi et respectant au mieux l’œuvre originale, grâce à beaucoup d’extraits animés, de storyboards et de concept art très intéressants.

Unicorn Wars d’ Alberto Vázquez (2022)

C’est l’histoire d’ours en guerre contre des licornes, sur un fond de prophétie. Ce projet franco-hispanique mêle des designs enfantins avec des scènes assez violentes. Tout est en animation 2D traditionnelle, sauf les licornes. En effet, le défi a été de les animer en 3D, grâce au logiciel Blender, tout en appliquant un style 2D, grâce au plugin Grease Pencil. Le long-métrage semble bien avancé.

La conférence a diffusé une séquence avec ses différentes étapes, pour bien montrer les différentes techniques. Ils ont également montré beaucoup d’éléments, comme le trailer, les turns de personnages ou encore les différents décors. Dommage que l’équipe ait dévoilé quasiment toute l’histoire. Ils souhaitent en tout cas sortir le long métrage l’année prochaine, pour Annecy 2022.

Ces Work In Progress très riches en contenu m’ont permis de comprendre certains processus techniques et de mise en place, qui varient vraiment selon les projets. J’ai une préférence pour Le Petit Nicolas, qui semble être plus accessible visuellement et narrativement. Concernant les conférences en ligne, j’ai apprécié que le lecteur vidéo propose une piste en français, pour certaines présentations non-francophones.

Les Making of de DreamWorks Animation

Festival Annecy 2021 Making Of

Baby Boss 2 : Une Affaire de Famille de Tom McGrath

Baby Boss 2 (dont vous pouvez retrouver ma review ici) raconte les retrouvailles des deux frères, qui ont bien grandi, et de leur nouvelle mission. Le making of était sous la forme d’un entretien entre le réalisateur et différents collaborateurs sur le projet.

Cette suite a principalement deux objectifs : intégrer un personnage féminin fort et rendre hommage aux vieux dessins animés. La présentation s’est concentrée sur deux séquences, à savoir une course-poursuite et une chanson en motion design.

À travers ces extraits et différents documents de travail, on nous expliquait les processus de fabrication et le dynamisme du film. Même sur une suite, la charge d’ouvrage reste conséquente.

Spirit, l’Indomptable d’Elaine Bogan et Ennio Torresan Jr.

Il s’agissait également d’un entretien entre la coréalisatrice avec différents membres de son équipe.

Spirit L’Indomptable sert vraisemblablement de reboot de la série Netflix. Il évoque la rencontre entre l’étalon et la jeune Lucky, qui part à la recherche de son passé.

Le making of s’est concentré surtout sur la place des décors dans le récit et de l’importance de leur ambiance et de leur style. En effet, ils ont été le moteur de l’histoire, car ils procurent naturellement de l’émotion, selon la réalisatrice.

La vidéo de l’entretien a diffusé en exclusivité une séquence de rêve, qui reprend les éléments de discussion.

Je suis mitigé sur l’intérêt de ce type d’interview. D’un côté, les personnes savent de quoi elles parlent et se connaissent, donc l’échange se fait naturellement. De l’autre, justement parce que les deux personnes sont impliquées dans le projet, je ne vois pas trop comment les questions peuvent être pertinentes et objectives. Il s’agit de promotion pure, sans réelle confrontation aux aspects négatifs éventuels.

L’avenir de l’animation chez Netflix

Festival Annecy 2021 Netflix

Un nouveau regard sur l’animation avec Netflix Adult Animation :

Premièrement, Inside Job, une série créée par Shion Takeuchi (créatrice de Gravity Falls). Cette comédie satirique raconte les aventures d’une société secrète qui cache toutes les conspirations mondiales et autres théories du complot. L’auteure expliquait qu’elle souhaitait faire un parallèle avec les réseaux sociaux, souvent des sources de théories conspirationnistes.

Deuxièmement, Human Resources, par les créateurs de Big Mouth est un spin-off centré sur les créatures fantastiques du show. Les auteurs veulent parler de la vie quotidienne des monstres et de leurs liens avec les humains. Cela permet d’aborder les relations au travail, ce qui contrebalance avec le monde adolescent de la série-mère.

Aller sur le terrain de la concurrence avec Netflix Kid & Family Animation :

Tout d’abord, la série Karma’s World, par le rappeur Chris “Ludachris” Bridges (Fast and Furious). Elle raconte le parcours de Karma Grant, une jeune adolescente noire qui souhaite devenir une artiste musicale. L’intrigue s’inspire de la vie de la propre fille de l’auteur.

Ensuite, le long-métrage Back to the Outback, par Clare Knight et Harry Cripps. Cet hommage à l’Australie nous plonge dans l’évasion audacieuse d’animaux endémiques, souvent considérés comme dangereux. Les auteurs souhaitent montrer les beautés cachées de ce pays.

Pour continuer, Vivo, de Kirk DeMicco sera le nouveau projet des studios Sony Pictures Animation, dont j’avais parlé en 2019. Ce film mélodieux sur des musiques originales de Lin-Manuel Miranda, suit de la Havane à Miami, un musicien qui doit livrer à son propriétaire une chanson perdue.

Enfin, Annecy nous a dévoilé Centaurworld, de Megan Nicole Dong, qui surfe sur le succès des séries déjantées ultra colorées. Cette nouvelle production raconte les galères d’une jument brave et héroïque, tombée par hasard dans un monde coloré de centaures plutôt stupides mais très gentils.

Netflix devient donc de plus en plus actif dans le monde de l’animation avec ces deux publics-cible. Le côté adulte commence à se faire une place, tandis que le côté famille semble n’être là que pour concurrencer Disney+. Est-ce que le studio arrivera à s’occuper de tous les fronts sans se perdre ?

Retour sur Love Death + Robots

Festival Annecy 2021 Love Death Robots

Le Festival d’Annecy 2021 est revenu sur l’une des série-phare de Netflix, l’anthologie Love, Death + Robots Vol.2.

L’entretien vidéo revenait sur plusieurs épisodes, à travers des extraits de processus de travail et des concepts art, où une partie de l’équipe expliquait les défis de chacun. Elle évoquait notamment le studio Blur, qui devait passer de films commerciaux à des films purement narratifs. Ils ont le budget d’un film qui se répartit dans plusieurs histoires et plusieurs styles différents. Le choix de l’animation permet des intrigues moins restreintes qu’en live-action, d’autant qu’ils ont pu continuer de travailler pendant le confinement.

Cette conférence nous a rendu compte du défi technique et logistique de Love, Death + Robots. J’ai d’ailleurs préféré cette saison 2, aux thèmes adultes bien moins gratuits qu’en saison 1.

Du coup ?

Sans y être physiquement, j’ai quand même pu assister à une bonne partie du Festival d’Annecy 2021. Pour rappel, vous trouverez mes articles plus détaillés sur le Blog de Cheeky. Déçu de n’avoir vu aucun long-métrage ou films VR en compétition, mais au moins, le système mis en place pour les conférences a bien fonctionné. Le format hybride inédit a dû être un travail colossal de préparation, donc bravo à toutes les équipes de CITIA ! J’ai ainsi pu découvrir les nouveautés et les secrets liés à l’animation et ça, c’est déjà beaucoup. J’espère sincèrement pouvoir y retourner en 2022, car l’ambiance festive unique au monde qui s’y trouve me manque.

Si vous avez envie...

… de regarder des dessins animés, de côtoyer un lac immense et de partager la passion de l’animation et du cinéma avec des milliers de personnes, partez au Festival International du Film d’Animation à Annecy !
Festival Annecy 2021

C'est ? Le Festival International du Film d’Animation d’Annecy 2021

De ? CITIA

Genre ? Festival et rendez-vous pour toutes les personnes liées au film d’animation

Nationalité ?

Sorti le ? 14/06/2021-19/06/2020

Vu le ? 14/06/2020-16/06/2020

Où ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur reddit
Reddit
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email