House Of Gucci

Avec House of Gucci, ça nous fait un 2e biopic en 2021 de Ridley Scott, basés sur un livre, avec Adam Driver en protagoniste !

Quoi ?

Dans la fin des années 70, Patrizia Reggiani rencontre le timide étudiant en droit Maurizio Gucci. L’une est la fille d’un gestionnaire de camion, l’autre, est un des petits-fils du fondateur de la célèbre marque italienne. Petit à petit, Patrizia va s’immiscer dans l’entreprise familiale pour tenter d’en tirer profit. Elle tente de motiver Maurizio à participer activement à l’empire de la mode…

Alors ?

Quand on apprend que House Of Gucci durait plus de 2h30, ça fait toujours un peu peur. Mais bon, on connait Ridley Scott, il a l’habitude de prendre son temps pour raconter ses histoires.

J’ai trouvé l’histoire très intéressante, tout du long, malgré la longueur. En effet, le rythme très constant, voire monotone, prouve qu’il se ne se passe rien de vraiment épique. Néanmoins, on y décèle toujours un petit quelque chose pour continuer de regarder, jusqu’à la fin. Bon, j’admets que j’ai dû zapper 2-3 dialogues, c’est sûr.

J’ai bien aimé comment Patrizia Reggiani tient le film puis que petit à petit, Maurizio reprend les rênes de la House Of Gucci. L’ambiance italienne y est délicieuse, notamment avec les accents (pour certains assez improbables). J’ai appris beaucoup de choses, car je ne connaissais pas du tout cette affaire. De façon surprenante, on ne traite pas tant que ça de la mode, on se concentre sur les relations familiales et surtout les manigances du business.

Côté casting, on se fait plaisir dans House of Gucci. Lady Gaga confirme sa prometteuse carrière d’actrice, avec un rôle de manipulatrice sournoise. Adam Driver est toujours aussi époustouflant et toujours très juste, notamment grâce à son charisme impeccable. Jared Leto méconnaissable et incroyable, avec un personnage fantasque. Ce qui d’ailleurs semble un peu dénoter peut-être par rapport au reste. En fait, je n’arrive pas à savoir s’il en fait trop ou si justement est le plus vrai. Cocorico en tout cas, avec de façon improbable Camille Cottin, qui passe ainsi dans la cour des grands. De même, je ne pensais pas tomber non plus sur Salma Hayek, qui pour le coup doit être l’actrice que j’ai le plus vu en salle cette année ! Enfin, le duo de fils Gucci tenu par Al Pacino et Jeremy Irons vieillissants, qui marquent au fer rouge leur stature de barons du cinéma.

Du coup ?

J’ai plutôt bien aimé House Of Gucci, dans le sens où l’histoire m’a suffisamment intéressé pour tenir les 2h38. J’ai beaucoup appris, tout en appréciant un casting 5 étoiles dépeindre une famille rongée par les affaires. Je me suis tellement concentré sur le récit, que je n’ai pas vraiment eu le temps de m’attarder sur la réalisation. Qui à priori, ne m’a donc pas plus marqué que ça. Dans ces conditions, il s’agit alors du genre de film que j’ai estimé pour la connaissance, mais qui en tant que produit cinématographique, je ne sais pas si je m’en souviendrai tant que ça à l’avenir.

Si vous avez envie...

… de téléphoner à une médium, de manipuler votre propre famille et de feuilles d’or dans les talons, découvrez les coulisses de l’empire Gucci !
house of gucci poster

C'est ? House Of Gucci

Genre ?

Durée ? 158 min

Nationalité ? ,

Sorti le ? 24/11/2021

Vu le ? 03/12/2021

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Prolongez le film !

Si vous souhaitez acheter les supports physiques du film pour le voir ou le revoir, ou vous procurer tout objet dérivé pour prolonger l’aventure, cliquez sur le(s) lien(s) affilié(s) Amazon à droite.

Cela permettra de soutenir le film ainsi que le site jevaisciner.fr !

Si vous ne voyez pas d’image, merci de désactivez votre bloqueur de pub.