Birdman (ou la Surprenante Vertu de l’Ignorance)

Notre bon vieux Batman/Beetlejuice revient dans une comédie sur les coulisses du théâtre. En effet, Michael Keaton joue cette fois un comédien, ex-star des années 90, dans lesquelles il incarnait un super-héro : Birdman. On suit donc le parcours de Riggan Thomson, le créateur, le metteur en scène et le rôle principal d’une pièce de théâtre à New York.

Alors, que vaut Birdman (ou la Surprenante Vertu de l’Ignorance) ?

Pour nous immerger complètement dans ce domaine, Alejandro Gonzalez Inarritu a choisit de monter son film comme un gigantesque plan-séquence, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de coupure (du moins visibles à première vue) entre les scènes et ce, que ce soit pour des ellipses de lieu comme de temps. De plus, on est toujours du côté de la scène, jamais du public (qu’on ne voit d’ailleurs que très peu). Techniquement, je félicite la prouesse ! J’ai souvent réussi à repérer à quel moment il y avait un raccord, ou une stabilisation de caméra, mais parfois, les scènes étaient très bien juxtaposées, ce qui nous tient en haleine pendant tout le film (ça en ai limite épuisant, car on ne souffle pas beaucoup !)

Ensuite, le protagoniste est en perpétuel dualité entre présent et passé, car il avait la gloire et l’argent, ce qu’il recherche aujourd’hui, avec sa nouvelle carrière. Ce qui nous vaut un savant mélange entre la réalité et les fantasmes du héros. Le film est sur un ton décalé tant par ces dialogues que par la personnalité de ses personnages (le comédien joué par Edward Norton est irrésistible !) Une œuvre tout en symbole, qu’il ne faut pas voir toujours au premier degré.

Le film possède aussi un casting de grande qualité, ce qui nous offre de bonnes performances (Emma Stone en fille de star désabusée et Zack Galifianakis en producteur très porté sur le rendement) A quelques moments, on a même le droit à des petits trolls sur d’autres stars hollywoodiennes.

Bref, Birdman ou la surprenante vertu de l’ignorance, saura vous divertir. Je ne dis pas qu’on n’est pas plié en deux de rire pendant toute la projection, mais disons que le ton est suffisamment léger pour qu’on rigole aux scènes comiques. C’est avant tout un film qui nous fait réfléchir, sur soi-même, sa famille, son passé.

Si vous avez envie...

… de voir le film aux quatres Oscars fraîchement reçus, de vous immerger dans le théâtre moderne newyorkais et d’écouter des rythmes de batteries endiablés, allez donc vous mettre dans la peau de Riggan Thomson !

C'est ? Birdman (ou la Surprenante Vertu de l'Ignorance) (Birdman (or The Unexpected Virtue of Ignorance))

Durée ? 119 min

Nationalité ?

Sorti le ? 25/02/2015

Vu le ? 01/03/2015

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email