Ténor : Les premiers pas de MB14 au cinéma

Le beatboxer français talentueux MB14, découvert notamment dans The Voice et sur Youtube, se lance dans le cinéma avec Ténor !

Déjà, ça parle de quoi Ténor : Les premiers pas de MB14 au cinéma ?

Antoine, un banlieusard, va se découvrir une nouvelle passion dans sa triple vie. Entre ses études de comptabilité, ses livraisons de sushis et ses battles de rap, il va rencontrer improbablement une cantatrice. Cette professeure parisienne, Mme Loyseau, va lui apprendre à chanter de l’opéra…

Alors, que vaut Ténor : Les premiers pas de MB14 au cinéma ?

Je craignais que Ténor soit le cliché classique du personnage qui a une passion artistique cachée de son entourage. Le film reprend en effet les grands axes inévitables, mais arrive à raconter autre chose en parallèle. Il se regarde ainsi très bien, malgré un démarrage long. On alterne entre des éléments qui fonctionnent et d’autres moins. En effet, pour ces derniers, l’intrigue essaye de faire rentrer son postulat de base avec le genre. On se retrouve donc avec quelques scènes et comportements forcés, dans certains passages qui dénotent, par leur manque de réalisme ou de logique.

En tout cas, pour son premier rôle au cinéma, MB14 s’en sort bien dans Ténor. Bien que son aspect banlieusard tourne par moment en caricature, le choix de cet artiste fonctionne parfaitement. En plus de rendre hommage à sa maîtrise du beatbox, il fait avec aisance le pont entre le rap et l’opéra. D’ailleurs, devoir cacher son amour du chant à ses proches de la street, n’est pas sans rappeler l’arc narratif de Johnny dans Tous En Scène… avec quasiment les mêmes points-clés !

Son beatmaker Elio, interprété par Samir Decazza, m’a bien fait rire, mais on s’attache surtout aussi à Michelle Laroque. Qui malgré, quelques gags boomers inutiles, arrive à véhiculer une douce image de l’opéra. C’est effectivement à travers Mme Loyseau que Ténor rend un hommage touchant et poétique à cet art méconnu du très grand public. Pour avoir visité plusieurs fois l’Opéra Garnier de Paris et pour adorer ce quartier, je ne vous cache pas mon comble devant cette histoire.

Enfin, la réalisation ne m’a pas marqué plus que ça, excepté un plan-séquence. Il raconte intelligemment un point important de l’histoire. Il relie avec fluidité tout ce que le film veut véhiculer.

Donc, que dire de Ténor : Les premiers pas de MB14 au cinéma du coup ?

Si l’objectif de Ténor était de donner envie d’écouter de l’opéra, je vous confirme qu’il est atteint. On parle vraiment de cet art noble, malgré un déroulement narratif assez classique de l’artiste qui cache sa passion à sa famille. À travers deux personnages principaux attachants, on découvre les grandes lignes de cette discipline pointue, avec poésie. Ce premier rôle pour MB14 lui va comme un gant. On passe un bon moment, surtout avec un long plan en particulier, qui exprime beaucoup de choses avec intelligence.

Si vous avez envie...

… de faire des bulles dans un verre d’eau, d’avoir la phobie de la pluie et de simuler un voyage au Japon, initiez-vous donc à l’Opéra !
Tenor Poster

C'est ? Ténor

Durée ? 100 min

Nationalité ?

Sorti le ? 04/05/2022

Vu le ? 10/05/2022

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Ces films pourraient vous intéresser :