John Wick : Parabellum

Il est là : Baba Yaga est de retour et il casse encore plus de gueules !

Quoi ?

Ayant transgressé une règle fondamentale, John Wick perd tous les services de l’Hôtel Continental. La sanction est irrévocable : l’organisation met un contrat à 14 millions de dollars sur sa tête. Des tueurs professionnels du monde entier veulent ainsi sa peau et il n’a plus aucun endroit pour se cacher…

Alors ?

John Wick Chapter 2 m’avait laissé sur une ouverture assez incroyable. Il faut savoir que la saga John Wick est basée sur Keanu Reeves qui tue des gens, beaucoup de gens. Donc, un film qui mettrait le monde entier à dos du héros, ça me semblait dingue. Et ils l’ont fait.

La tension est à son comble, John Wick ne peut effectivement pas sortir sans se bastonner avec des mecs qui lui veulent du mal. Je comptais beaucoup sur le montage, qu’il arrive à ne pas enchaîner bêtement les bagarres et il le fait très correctement. En effet, on alterne bien les scènes de baston et de calme/tension. Globalement, le film respire suffisamment, car je n’ai pas senti passer les plus de 2h de film. Les touches d’humour maintiennent toujours l’autodérision et l’aspect jeu vidéo toujours présent me plaît.

Chaque tableau de combat est bien amené et chacun apporte une certaine originalité. Que ce soit les façons de se défendre, d’attaquer et d’utiliser l’environnement, c’est très amusant. Les chorégraphies sont toujours aussi agréables, ultra jouissives et surtout hyper lisibles. La réalisation est toujours aussi impeccable, en reprenant les codes des anciens volets, avec des couleurs acides et des cadrages à la composition épurée.

Pour l’histoire, on ne s’attardera pas dessus. Néanmoins, le peu qu’il y a est solide et permet d’en savoir encore un peu plus sur le background de l’organisation et sa hiérarchie. La narration sert surtout de lien entre les phases de combats. Je n’ai trouvé ni trop d’incohérence ni trop de facilité. Je ne me suis pas non plus ennuyé dans les phases plus calmes. J’aime beaucoup le côté protocolaire et gentleman de l’organisation. Le décalage entre la nature des décisions prises et leur formulation administrative fonctionne à merveille.

Du coup ?

John Wick est devenu un petit plaisir coupable, comme Fast and Furious. Je sais que je n’y vais pas principalement pour l’histoire, mais plutôt pour le spectacle, la réalisation et l’inventivité. Ce 3e chapitre ne m’a pas déçu. Je l’ai trouvé réussi car cohérent avec les deux épisodes précédents et aussi car il continue d’inventer des petits détails supplémentaires. Après, je n’irai pas jusqu’à comprendre comment il a battu Avengers Endgame au box-office aux US lors du 1er weekend de démarrage…

Si vous avez envie...

… de liquider plein de personnes dans plein endroits différents, de poursuivre des motos à cheval et d’écouter Kyary Pamyu Pamyu en découpant des sushis, sortez les armes et survivez.

C'est ? John Wick : Parabellum (John Wick : Chapter 3 - Parabellum)

Genre ?

Durée ? 132 min

Nationalité ?

Sorti le ? 22/05/2019

Vu le ? 23/05/2019

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email