Fast and Furious 8

Hier soir, c’était une nouvelle effervescence au Grand Rex, avec un tank et des flammes pour accueillir l’équipe de la plus grosse saga d’Universal !

Synopsis de Fast and Furious 8

Dominic Toretto et sa femme Letty sont en lune de miel à Cuba. Mais les vacances sont interrompues par l’arrivée d’une femme mystérieuse, qui enrôle Dom dans une mission qui va le faire trahir les siens

Mon avis détaillé sur Fast and Furious 8

Après Ghost In The Shell, c’est au tour de Fast and Furious 8 de présenter son film. L’avant-première l’officielle n’était accessible au grand public que par jeu-concours Facebook, auquel il fallait répondre à des questions sur la licence. Et comme j’ai été sélectionné, je remercie le Grand Rex et Universal pour avoir pu assister à cet événement !

Le film était présenté par le réalisateur F. Gary Gray accompagné par les acteurs Charlize Theron et Vin Diesel. Lors du traditionnel tapis rouge, le premier était très affable, la deuxième beaucoup trop furtive (elle n’a même pas regardé ses fans, elle signait d’un coup de stylo les autographes) et le troisième très proche de ses admirateurs (alors qu’il était grave à la bourre). La séance, précédée d’un discours très ambiancé (merci « Baboulinet » de mettre le feu !), a donc commencé à 22h au lieu de 21h ! Pas si rapide finalement…

Mais qu’en est-il alors de ce film ? Et bien c’est que j’attendais. Je ne dis pas qu’il était sans surprise, mais plutôt qu’il savait comment contenter les fans de la saga.

Une histoire teintée de suspens avec retournements de situation plus ou moins prévisibles, des scènes d’actions de plus en plus inventives et des répliques aussi badass les unes que les autres.

L’intro rend hommage à l’origine de la licence, à savoir des courses de rues, avec toujours plus de complications explosives. Ce que j’aime dans cette série, c’est que chaque volet a sa ou ses scènes qui sortent du lot et celui-là n’échappe heureusement pas à la règle, avec notamment des voitures zombies… Les Fast and Furious sont souvent critiqués mais qu’on aime en secret. Pour moi, c’est du grand divertissement, donc je n’ai rien à leur reprocher. Parfois le cinéma, c’est aussi pour s’amuser. On le sait que pas mal de scènes ou d’actions sont improbables, mais il faut regarder cela avec du recul et juste apprécier l’imagination des créateurs. De plus, ils arrivent toujours à doser réelles cascades et effets numériques, pour les voitures et les combats. Après, les fonds verts sont toujours aussi grillés (Michelle Rodriguez et ses cheveux en bataille n’ont pas aidé les graphistes !) C’est parfois du grand n’importe quoi, mais un grand n’importe quoi réussi.

Les ingrédients sont toujours conservés, avec donc les courses endiablées, les voitures sportives de luxes ou des véhicules insolites, les musiques avec un gros son et des scènes aux quatre coins du monde. Dans celui-ci, l’aspect famille est encore plus prononcé, ce qui peut être agaçant par moment.

Ce 8e épisode est par contre beaucoup plus orienté vers la comédie, notamment avec les personnages joués par Dwayne Johnson, Jason Statham et Tyrese Gibson, qui s’adonnent à des répliques ou situations décalées. Il ne faut pas qu’ils en fassent plus, sinon, ça risque de nuire à la licence. Charlize Theron campe ici un personnage vraiment malsain, la méchante (pour rester polie) par excellence, ce qui lui réussit plutôt bien. Aussi, après Nathalie Emmanuel, un nouvel arrivant venu de la série Game Of Thrones fait son apparition : Kristofer Hivju ! Pas un rôle exceptionnel, mais il fait son taff.

Concernant les spoils de la bande-annonce, beaucoup vous diront qu’on a tout vu. Ce n’est pas totalement faux dans le sens qu’on sait vers quoi on se dirige dans le film, mais celui-ci réserve tout de même des rebondissements agréables. La séance à laquelle j’ai assisté était d’ailleurs accompagnée d’effets pyrotechniques synchronisés, ce qui rajoutait de l’immersion.

Edit : j’ai vu la 2e bande-annonce, en effet, elle spoil beaucoup…

Enfin, le réalisateur est le même que le biopic sur N.W.A. que j’avais beaucoup apprécié au niveau du rythme. Quand j’ai appris qu’il réalisait un FandF, j’espérais qu’il y soit en tant que créateur et non « yesman », ce qui est avec soulagement le cas ! Certaines scènes sont visuellement musicales, les plans durent assez longtemps. Les films d’actions sont généralement sur-coupés mais ici, on a le temps d’apprécier les images.

Bref pour ma part, un Fast and Furious qui remplit son contrat, même s’il n’est pas forcément mieux qu’un autre. Le précédent volet avait le parallèle entre le personnage de Brian et le regretté Paul Walker (qui n’a pas été oublié ni dans le discours du début, ni dans le film), ce qui ajoutait un aspect plus touchant. Mais celui-ci reste dans la lignée, les équipes nous en donnent toujours plus, donc si vous aimez le spectacle pop-corn, vous ne serez pas déçus. En plus, le titre original a un super jeu de mot !”

Résumé de mon avis sur Fast and Furious 8

Bref pour ma part, un Fast and Furious qui remplit son contrat, même s’il n’est pas forcément mieux qu’un autre. Le précédent volet avait le parallèle entre le personnage de Brian et le regretté Paul Walker (qui n’a pas été oublié ni dans le discours du début, ni dans le film), ce qui ajoutait un aspect plus touchant. Mais celui-ci reste dans la lignée, les équipes nous en donnent toujours plus, donc si vous aimez le spectacle pop-corn, vous ne serez pas déçus. En plus, le titre original a un super jeu de mot !”

Informations sur le film :

Titre ? Fast and Furious 8 (The Fate of the Furious)

Réalisation de ?

Durée ? 136 min

Sorti le ? 12/04/2017

Vu le ? 05/04/2017

Dans quel cinéma ?

Si vous avez envie...

… de toujours plus d’explosion, de détester les voitures autonomes et de hacker le monde entier, trahissez votre famille pour changer votre furieux destin !

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Envie de donner votre avis ?