Ghost In The Shell

J’ai pu assister à l’avant-première européenne exclusive au majestueux Grand Rex de Paris, en présence de l’équipe du film !

Déjà, ça parle de quoi Ghost In The Shell ?

Dans un Tokyo futuriste, où l’Homme commence à se greffer des bouts de machine, Major est la première personne à avoir son cerveau placé dans un corps entièrement artificiel. Elle lutte contre la criminalité au sein d’une équipe de soldats chevronnés.

Alors, que vaut Ghost In The Shell ?

Éblouissant ! Tout d’abord, l’avant-première exceptionnelle au Grand Rex. J’ai bien évidemment, comme pour The Revenant, attendu la venue des invités lors de leur passage sur le tapis rouge (bleu pour l’occasion) et pu les prendre en photo (fanboy mode activated)

Ensuite, j’ai même pu assister au discours d’introduction en présence d’une bonne partie des acteurs et du réalisateur. Étaient présents de gauche à droite (sur la photo de scène) : Michael Pitt, Adwoa-Aboah, Danusia Samal, Scarlett Johansson, Rupert Sanders, Juliette Binoche et Pilou Asbaek. Ce dernier ayant déjà travaillé avec Scarlett dans Lucy.

Dans ces moments, ils parlent toujours de leur rôle et de leurs impressions de tournage, essayant de ne pas flirter avec le spoil. Perso, j’avais vu les 10 premières minutes du film à la soirée des PASSionés. J’ai donc enfin pu le voir en entier, malheureusement pas en 3D. Je n’ai pas vu le film d’animation japonais original de Mamoru Oshii, ni l’univers de Masamune Shirow, donc j’ai regardé cette adaptation d’un œil neuf. J’ai repéré 2-3 clins d’œil quand même, ayant quand même vu des images étant plus jeune.

Ce qui frappe en premier, c’est l’esthétique graphique. On est plongé dans un univers hyper futurisé, tout en gardant des éléments du monde moderne. Les hologrammes, les UI, les effets glitch (erreur vidéo) sont magnifiques, avec des couleurs tranchées.

Pour l’histoire, c’est mieux que je le pensais. Ce n’est pas révolutionnaire, (faut dire aussi que c’est adapté d’une œuvre d’il y a plus de 20 ans) mais il y a des enjeux, des rebondissements, j’étais intéressé. Malgré l’aspect très premier degré romancé (de la paraphrase, des répliques peu subtiles quant aux thèmes abordés), ça se regarde bien. Le rapport humain-machine est pas mal.

Les effets spéciaux sont plutôt dingues, au niveau des robots notamment, des costumes et des ambiances. Les doublures numériques se repèrent un peu facilement par contre.

Scarlett Johansson est convaincante, comme la plupart des comédiens. Un niveau de badassitude qu’on connaît bien. La mise en scène parfois grillée qui met en valeur ses formes, mais ça n’arrive vraiment pas souvent dans le film. Le casting mêlant occidental et asiatique est bien organisé.

Un bon film pour moi, avec de quoi bouleverser le monde du blockbuster en terme de Direction Artistique de science-fiction.”

Donc, que dire de Ghost In The Shell du coup ?

Un bon film pour moi, avec de quoi bouleverser le monde du blockbuster en terme de Direction Artistique de science-fiction.

Si vous avez envie...

… de cyborgs bien flippants, de visiter ce Tokyo du turfu et de visuels impressionnants, découvrez votre Ghost.

C'est ? Ghost In The Shell

Genre ? ,

Durée ? 107 min

Nationalité ?

Sorti le ? 31/03/2017

Vu le ? 21/03/2017

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email