Assassin’s Creed

Il y a 3 ans, jour pour jour, je découvrais pour la première fois le Grand Large du Grand Rex, avec l’avant-première d’Albator : Corsair de l’Espace en 3D VOST. Ce fut à ce jour, ma meilleure expérience 3D au cinéma. Aujourd’hui une autre avant-première dans presque les mêmes conditions.

Quoi ?

Cal Lynch est condamné à mort pour homicide volontaire. Après son exécution il se réveille dans un bâtiment qui lui est inconnu. Sofia est à ses côtés et lui annonce qu’il est ici pour retrouver son ancêtre

Alors ?

Basique. Je ne m’attendais à rien et je n’ai rien eu… Je me baserai sur le film seulement, car je n’ai pas (assez) joué aux jeux et donc je suis sans doute passé à côté de pleins de références.

Ubisoft se lance donc dans le cinéma en adaptant ses licences et c’est à un de ses titres phare Assassin’s Creed d’ouvrir le bal. Et pour cet investissement, ils ne se sont carrément pas mouillés

Bon, pour ce qui est de l’histoire, ils ont assuré ne pas retranscrire un jeu mais bien de créer un épisode original, qui donc est accessible à chaque spectateur, gamer ou non et c’est plutôt réussi, je suis arrivé à comprendre tous les enjeux, tout est bien expliqué. Par contre.

Mais globalement, ce qui m’a gêné, c’est la réalisation fade et très hollywoodienne d’action. Les scènes sont sur-découpées, je n’ai pas eu le temps de bien apprécié certains passages, qui avaient des beaux décors et costumes tout de même.

Il y a bien quelques plans inventifs et plans séquences qui traînent mais c’est dommage qu’ils ne soient pas allés plus loin. De même, ils auraient pu aller beaucoup plus en profondeur quant au thème de la violence et de l’agressivité. Enfin, le personnage féminin (Ariane Labed) qui accompagne Aguilar de Nerha est absolument superficielle dans l’histoire, on ne sait rien d’elle et ne sert que de second.

Donc je me suis retrouvé avec un manque de visibilité pour les scènes d’action (et il y en a pas mal). Aussi, c’est interdit aux moins de 12 ans mais les batailles sont assez édulcorées à mon goût, pas assez violentes, ce qui aurait pu compenser avec la réalisation.

Marion Cottillard et Michael Fassbender font leur taff, la relation de leurs personnages passe. De plus, Jeremy Irons est de la partie en père cachant des secrets. D’ailleurs une facette qui était bien, c’est la tension au niveau des protagonistes : on ne sait pas qui est peut trahir qui et ça, ça tient en haleine.

Au niveau des effets spéciaux, seuls les fantômes des souvenirs qui font le lien entre le passé et le présent sont notables, le reste très classique ou en tout cas sans sortir du lot. Même les phases passé-présent sont bien mais il n’y en a clairement pas assez.

Donc voilà, l’histoire devient intéressante dans la dernière partie, mais pour le reste ce sont des courses-poursuites, des combats et du pseudo parkour mal filmé et/ou monté.

Si vous avez envie...

… d’être manipulé par un bras géant, de revivre la vie de votre ancêtre et de trancher des gens, venez dans le credo d’assassin.

C'est ? Assassin’s Creed

Durée ? 115 min

Nationalité ? ,

Sorti le ? NC

Vu le ? 20/12/2016

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email