Thor : Ragnarok

Je profite encore un peu de l’Imax 3D sans supplément, quitte à aller voir n’importe quoi…

Quoi ?

Thor, le Dieu de la Foudre, n’a plus de père et plus de marteau. Sa sœur Hela, Déesse de la Mort, s’empare d’Asgard et l’envoie sur la planète Sakaar. Il va devoir se débrouiller pour retourner à son Royaume avant que le Ragnarok (Apocalypse d’Asgard) ne s’accomplisse…

Alors ?

Il y a beaucoup, beaucoup trop de blagues. Je n’étais pas du tout dans le film. Les moments sérieux sont trop courts pour se replonger dans l’intrigue, qui s’avère être très basique et pratiquement sans intérêt. Je n’ai même pas trouvé d’avancement signifiant vers Infinity War (j’espère que Black Panther en aura, lui) Certains gags sont drôles, mais la recette Marvel a abusé de sa valeur ajoutée, ce qui rend le film prévisible et manquant de personnalité. Aussi, le principe de reprises de chansons des années 80 n’a pas sa place et même les thèmes aux sonorités rétro n’ont aucune justification. Je n’ai pas du tout compris le délire.

La conversion en 3D, qui n’a pas servi énormément, par moment était assez moche, l’Imax ça ne pardonne pas.

L’antagoniste, jouée par Cate Blanchett, est naze. Un peu badasse au début, mais terriblement clichée par la suite en mode « je suis méchante et je veux le pouvoir ! » Même Thor, que je n’apprécie pas plus que ça déjà à la base, a bien changé et perd de sa nature de Dieu. Sans parler de Loki, joué toujours par Tom Hiddleston, qui au contraire, n’a pas du tout changé en 4 films, entraînant des pseudo-péripéties lassantes. Une pique à ce sujet est même lancée. Hulk est réduit à un monstre enfantin, perdant de son charme de créature torturée. Heureusement, j’ai retenu tout de même quelques bonnes choses sur d’autres personnages.

Un des héros fait un petit retour, le crossover est intéressant, notamment le montage de la séquence. Ensuite, Jeff Goldblum dans le rôle du Grand Maître, m’a bien plu, car il a su trouver un jeu original pour se démarquer des autres mégalos de d’autres films. Tessa Thompson rentre dans les bottes de Valkyrie, qui porte un personnage féminin fort, contre-balançant avec les muscles en face.

Aussi, quelques scènes sont bien réalisées, avec des cadrages précis et des jeux de lumières ambitieux. Et puis Thor sans marteau, ça envoie du lourd, faut l’admettre.

 

Du coup ?

Quand un film n’a pas scénario, il n’est pas obligé de placer des vannes à tout bout de champs. J’ai déjà passé de bons moments sans être hilares pour autant et chercher à faire rire toutes les 10 secondes, personnellement, ça me sort de l’histoire quand je n’avais pas prévu d’aller voir une comédie (et que les gags sont prévisibles voire lourds par moments) Je comprends que l’aspect cassage de codes peut parfois être intéressant, mais de temps en temps, c’est bien aussi de laisser finir les moments épiques tels qu’ils sont, sans qu’une blague ou une musique décalée ne vienne l’interrompre.

 

Si vous avez envie...

… de vous couper les cheveux, de checker des hologrammes et d’une décharge à ciel ouvert, allez donc empêcher le Ragnarok d’être subit sur Asgard.

C'est ? Thor : Ragnarok

Durée ? 130 min

Nationalité ?

Sorti le ? 25/10/2017

Vu le ? 25/10/2017

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email