Prey

La saga Predator revient sous l’écurie Disney avec Prey. Ça valait le coup ou pas ?

Synopsis de Prey

Naru est cueilleuse dans une tribu comanche, au XVIIIe siècle. Cependant, elle s’entraîne dur pour faire partie des chasseurs, notamment avec son frère. La jeune guerrière va pouvoir se faire ses armes, lorsqu’une créature meurtrière débarque sur son territoire…

La bande-annonce de Prey

Mon avis détaillé sur Prey

Je vous fais une petite confidence, mais ce n’est qu’à la moitié du film que j’ai capté la signification du titre « Prey »…

Bref, pour commencer, je trouve l’idée très bonne d’implanter de la SF dans l’univers comanche. En effet, ce peuple s’est fait martyriser non seulement dans l’Histoire américaine, mais également beaucoup au cinéma. Donc plutôt satisfaisant de voir que, pour une fois, ils sont mis en avant. D’ailleurs, le Predator déglingue pas mal de colons, ce qui est amusant.

Le point de vue ne réussit pas à 100% pour autant à faire mouche, puisque l’exploration de la culture comanche pourrait être plus immersive, plus approfondie. De plus, j’aimerai souligner un défaut qui qui me gêne souvent. Lorsque des personnages parlent anglais et parfois dans leur langue natale, je trouve ça toujours étrange car pas très logique. D’autant qu’ici, il s’agit justement du langage que les colons sont censés parler. Ils ont trouvé une pirouette en faisant parler ses derniers en français, bien qu’ils aient un accent canadien… Heureusement, je salue la création d’une version entièrement redoublée en comanche. Elle est disponible directement sur la plateforme, au moins que ça serve à ça.

Pour continuer, Prey dose bien le gore. Dans le sens que parfois c’est cru, parfois on reste dans la suggestion. La caméra ne semble jamais sublimer la chair gratuitement, ce qui fait un bon point. D’ailleurs, ce n’est que pendant le making of que j’ai vu qu’il s’agissait du réalisateur Dan Trachtenberg. On lui doit l’excellent 10 Cloverfield Lane !

Ensuite, ils ont suffisamment remanié la créature pour qu’on l’apprécie sans que ça fasse redite. D’une part, via notre culture (si on a vu les précédents opus), et d’autre part aussi via son rôle dans le film. Je n’ai pas décelé de fan-service gratuit, ils demeurent toujours intégrés à l’histoire.

Quant à l’émancipation de l’héroïne, elle conserve un certain classicisme, tout en étant bien racontée. De plus, une femme qui essaye de montrer sa valeur et trouver sa place dans une société d’hommes, on peut clairement transposer ça à notre époque. Belle performance d’Amber Midthunder.

Du côté de l’histoire plus globale, on peut prévoir quelques éléments. Néanmoins, la dernière partie m’a totalement diverti. D’autant qu’on nous a posé des décors grandioses au début. Ce qui implique que la partie aventure du film nous offre de bons moments d’évasion.

Résumé de mon avis sur Prey

Après son prédécesseur bâclé The Predator de 2018, la saga revient enfin convenablement avec Prey. Sans suspens, il l’a largement rattrapé. Je craignais que l’arrivée chez Disney adoucisse la licence, mais heureusement, on garde l’âme violente de l’extra-terrestre. Mieux que ça, l’implantation de SF chez les comanches fonctionne plutôt bien. On peut même y déceler une vision féministe de son héroïne. Cela étant, le film reste classique sous plusieurs aspects, donc peut parfois être prévisible. De plus, il arrive en fait à remonter le niveau des crossovers et suites qu’on a eues depuis. Donc, ça reste un long-métrage sympa, mais n’est pas non plus inoubliable.

Informations sur le film :

Prey Poster

Titre ? Prey

Réalisation de ?

Scénario de ? ,

Durée ? 99 min

Nationalité ?

Sorti le ? 05/08/2022

Vu le ? 05/08/2022

Dans quel cinéma ?

Si vous avez envie...

… de parler comanche, d’une hache en laisse et d’un bain de boue, suivez cette super guerrière en puissance !

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Envie de donner votre avis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *