Jack Reacher : Never Go Back

Jack Reacher : Never Go Back marque le retour de l’Imax ! Ça faisait longtemps et en plus maintenant c’est inclus dans mon abonnement. Bon dommage que je n’ai pas eu le film qui allait avec…

Synopsis de Jack Reacher : Never Go Back

Jack Reacher erre de villes en villes, tout en restant en contact par téléphone avec la major Susan Turner. Mais le jour où il décide enfin de la rencontrer, cette dernière se retrouve en prison. Pour Jack, il s’agit d’un coup monté, qui cache des ambitions plus grandes au sein de l’armée…

La bande-annonce de Jack Reacher : Never Go Back

Mon avis détaillé sur Jack Reacher : Never Go Back

Never Go Back m’a montré que le premier Jack Reacher n’était pas si mal en fait… Je n’ai pas lu les livres et j’ai vu le premier volet que récemment (pour être sûr de ne rien rater). Cette suite est aussi vide d’originalité que de sens.

Tandis que l’enquête au centre du premier reste à une petite échelle, là ils ont tenté de rajouter de trop nombreuse sous-histoires superflues. On a de tout, à commencer par le gentil qui reste du mauvais côté tant qu’il n’a pas vu de ses propres yeux. Ensuite, la gamine en pleine crise d’adolescence devrait arrêter de la ramener car toutes les erreurs de couverture viennent d’elle. Enfin, le couple fugitif qui fait genre c’est une famille, ainsi que la société cachée de l’armée : trop de déjà-vu…

J’avais déjà peu d’empathie pour les personnages. Mais alors, à cause de ces sous-intrigues classiques justement, le retour à la trame principale m’inspire que peu d’intérêt. Qui ose encore mettre de la mièvrerie dans des films d’action ? D’ailleurs, je parle d’action, mais on n’est pas plus gâté de ce côté-là. Donc on repassera pour la dose de divertissement.

Au niveau du casting de Jack Reacher : Never Go Back, ça coince aussi. Bien que j’étais content de retrouver Cobie Smulders après les Avengers, elle n’apporte rien de particulier. Ensuite, Dakota Yarosh arrive très bien à rendre son personnage d’ado insupportable. En effet, c’est typiquement le genre de personnage que je déteste. À savoir qui croit tout savoir, mais qui pleure dès qu’il y a un souci. Et souvent, par sa faute. Et pour finir, Tom Cruise semble se caricaturer lui-même, dans son statut d’homme invulnérable aux coups d’œil complices.

Prolongez le film !

Si vous souhaitez acheter les supports physiques du film pour le voir ou le revoir, ou vous procurer tout objet dérivé pour prolonger l’aventure, cliquez sur le lien affilié Amazon à droite.

Cela permettra de soutenir le film ainsi que le site jevaisciner.fr !

Si vous ne voyez pas d’image, merci de désactivez votre bloqueur de pub.

Vous aimez Jevaisciner.fr ?

Soutenez le site en achetant l’autocollant officiel ici !

Résumé de mon avis sur Jack Reacher : Never Go Back

Je suis au final même pas déçu par Jack Reacher : Never Go Back, puisque je ne m’attendais pas à mieux. La première scène était très bien pourtant… C’est dommage car j’ai été agréablement surpris par Le Prodige du même réalisateur, Edward Zwick. De plus, j’attends The Birth Of A Nation.

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Informations sur le film :

Jack Reacher : Never Go Back poster

Titre ? Jack Reacher : Never Go Back

Réalisation de ?

Genre ?

Durée ? 118 min

Techno ?

Nationalité ?

Sorti le ? 19/10/2016

Vu le ? 24/10/2016

Dans quel cinéma ?

Si vous avez envie...

… de hurler sur une ado qui prend toujours les mauvaises décisions, de comprendre les enjeux avant même les révélations et de vous battre une énième fois au carnaval de la Nouvelle-orleans, Never Go Back…

Envie de donner votre avis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.