Independence Day : Resurgence

Les suites de films cultes de la fin du XXe siècle sont à la mode, mais quand c’est fait par le même réalisateur, qui plus est le roi du film catastrophe, on se demande comment ça va se passer.

Déjà, ça parle de quoi Independence Day : Resurgence ?

Il y a 20 ans, après une attaque alien planétaire, le jour de la fête nationale américaine, la Terre s’est unifiée. Les chercheurs ont pu en apprendre plus sur la technologie avancée des extraterrestres, pour l’intégrer à la nôtre. Mais aujourd’hui, le 4 juillet 2016 au Grand Rex, les aliens sont de retours et sont encore plus équipés !

Alors, que vaut Independence Day : Resurgence ?

C’est bien pour une suite avec quasi la même histoire ! J’avais revu la veille le 1 en version longue pour bien l’avoir en tête et j’ai bien fait, car on retrouve pas mal de têtes connues et des personnages qui ont grandi. Et pour la plupart, ils sont bien amenés.

J’étais content de voir que Roland Emmerich a réussi à pondre 2 films bien ancrés dans leur époque ! Le 1 marchait très bien en 96 (le voir maintenant c’est plutôt de la nostalgie car c’est vraiment un blockbuster classique) et le 2 apporte vraiment quelque chose de nouveau en 2016, malgré un scénario plus que similaire. Par rapport à d’autres films actuels, il arrive à poser quelques nouvelles idées, pas révolutionnaires mais suffisante pour garder notre attention jusqu’à la fin.

Il montre beaucoup de similitudes avec le 1er mais sait rebondir et nous tromper.

Ensuite les effets spéciaux sont très jolis dans l’ensemble et beaucoup de designs tapent dans l’œil, comme par exemple les engins à bras, ou des plans comme l’arrivée du nouveau vaisseau sur Terre.

Pour les personnages, tout comme les références d’ailleurs, ils ont réussi à limiter le fan service, qui dans l’ensemble est très bien dosé voir anecdotique. Ravi de revoir Jeff Goldblum qui assure toujours, qui reste dans son jeu mythique de mec sceptique et drôle malgré lui, avec plus d’une certaine sagesse. Liam Hemsworth est ici dans un rôle standard aussi mais bien présent. Contrairement à Jessie Husher qui bizarrement était un peu plus effacé malgré sa parenté avec le premier film. Charlotte Gainsbourg semble sortie de nulle part mais sert suffisamment l’histoire.

En fait, il y a vraiment une évolution entre les deux films, sans qu’il y ait de redite. On distingue clairement celui de 96 et celui de 2016, de par la réalisation (montage comme placement de camera) bien évidemment les effets visuels et aussi les arcs narratifs.

Un bon gros film pop-corn pour tous les amateurs de SF de gros sac car entre batailles spatiales, armes futuristes et gros vaisseaux, on en prend plein les yeux. Et ce qui est bien avec Emmerich c’est que même si l’histoire tient sur peu de ligne et qu’il utilise encore la magie elliptique du cinéma, il réussit à nous divertir par des petits gags ou des punchlines par-ci par là, qui marchent aussi bien aujourd’hui qu’il y a 20 ans. Ce n’est pas le film de l’année, mais visuellement il envoie ce qu’il m’avait donné envie de voir. En tout cas, je me suis beaucoup moins ennuyé qu’au retour des tortues ninjas… Dommage que l’ambiance au Grand Rex n’était pas à son maximum cette fois. Pourtant, il y avait des cadeaux à gagner ! (je suis reparti avec le gros lot : la même montre que porte le personnage de Jake !)

Si vous avez envie...

… d’avoir des bras sur votre vaisseau, d’une arrivée d’alien encore plus spectaculaire qu’avant et qu’ils ne sont pas contents du tout, venez fêter l’indépendance américaine derrière vos lasers géants !

C'est ? Independence Day : Resurgence

Genre ? ,

Durée ? 120 min

Nationalité ?

Sorti le ? NC

Vu le ? 04/07/2016

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email