Tarzan

Nouvelle adaptation du roman d’Edgar Rice Burroughs. Au cinéma, il faut régulièrement réadapter des œuvres pour garder les droits. Et là, ça se sent, que c’est pour ça…

Quoi ?

John Clayton – Lord Greystoke vivant à Londres avec sa femme Jane, est invité à venir au Congo, en Afrique, sa première maison. En effet, il s’agit de l’homme qui a été élevé par des singes, Tarzan.

Alors ?

Franchement dommage. L’intro elle déboitait de fou, y avait des plans propres, une colorimétrie qui donnait un ton sérieux, une musique démente, bref : une bonne immersion au début, suivi de l’intrigue qui nous montre un Tarzan rangé, bien après la fin de son départ de la jungle, yavait de quoi faire un bon truc.

Mais toute cette entrée en matière se voit rattraper par une perte de rythme et d‘intérêt. Il me tardait de le revoir dans la jungle. Et une fois que cela est fait, ça reste superficiel.

J’avais du mal à me représenter que l’homme avait vécu dans la jungle toute sa vie, il parle beaucoup trop bien et comprend trop le monde civilisé.

Son come-back ressemblait à une arrivée au Club Med. Pareil pour Jane, elle avait beau faire le rôle de la femme forte qui enduré la forêt, elle s’essouffle rapidement. Ya bien des flash-back, qui servent d’origin-story du classique avec quelques révélations pour l’histoire actuelle, mais ils arrivent trop tard et surtout toujours de façon improbable.

Les scènes d’action s’enchaînent mal. Les combats sont gratuits et finissent sans avoir d’influence sur l’histoire, c’est décevant.

Au niveau des effets spéciaux les animaux sont très bien faits, mais l’animation pêche un peu, ce qui les rend moins crédibles.

Le casting est fourni mais manque de jeu plus détaillé. Alexander Skarsgård (Tarzan) comme je le disais plus haut, n’a rien d’un ex-animal. Il se bat mollement et ressemble plus à un athlète qu’à un sauvage. Margot Robbie, j’ai plutôt hâte de la voir dans Suicide Squad. Samuel L Jackson a un rôle comique, ce qui rend le film plus familial (en plus de violence dissimulée). Djimon Hounsou a un rôle moins présent, qui s’avère être assez bâclé à la fin, mais la déception vient surtout de Chris Waltz, qui ne fait que rejouer le rôle du manipulateur maniaque, sans y ajouter d’autres ingrédients, comme s’il se lassait lui-même.

Retenons quand des points positifs avec notamment la musique qui est franchement épique. Plusieurs plans sont soignés, avec notamment un slow mo pas dégueu. Heureusement les balancements de lianes mythiques en version 2016 valent le coup. Aussi, quelques petites intentions sont visibles, telles que la condition animale, l’esclavagisme et le côtélégende.

Le film avait tout pour plaire mais se fait avoir par la facilité. C’est dommage pour le réalisateur de la moitié des Harry Potter. Plus ça avance moins c’est original et même bâclé par moment, sans qu’on sache où on veut en venir. Je n’ai pas encore vu le long-métrage en animation 3D de 2013, mais pour le moment, je préfère l’adaptation de Disney !

Si vous avez envie...

… de câlins de fronts, d’être copains avec animaux et de rugir dans toute la jungle, déposez vos valises au Congo du 19e siècle.

C'est ? Tarzan (The Legend of Tarzan)

Genre ?

Durée ? 110 min

Nationalité ?

Sorti le ? NC

Vu le ? 13/07/2016

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email