Godzilla II : Le Roi des Monstres

Le gros lézard japonais est de retour et il n’est pas tout seul. Le Grand Large est bien le seul écran en France dans lequel ils puissent tous rentrer…

Déjà, ça parle de quoi Godzilla II : Le Roi des Monstres ?

Depuis l’apparition de Godzilla en 2014, l’entreprise Monarch est spécialisée dans la découverte de créatures gigantesques, appelées Titans, présentes sur Terre bien avant nous. Alors qu’elle faisait des tests acoustiques, permettant potentiellement de contrôler les monstres, Emma Russell et son équipe se font attaquer par Jonah, un éco-terroriste. Il la prend en otage, elle et sa fille. Le mari et père Mark Russell va alors tout faire pour les retrouver, mais peut-être qu’Emma a un plan qui pourrait bouleverser l’humanité

Alors, que vaut Godzilla II : Le Roi des Monstres ?

Avant-première tranquille. Warner Bros. nous ont encore fait des petits cadeaux sympas, avec cette fois des tatoos et un sticker à l’effigie de Godzilla.

L’actrice Millie Bobby Brown a eu la gentillesse de passer dire quelques mots ainsi que d’assister à la descente du fameux écran plus grand écran de France.

Place maintenant au monstre… Enfin, le film quoi.

Je ne m’attendais pas à quelque chose d’exceptionnel, même si à force de voir la bande-annonce, j’étais de plus en plus hypé. J’avais été très impressionné par le final du premier volet en 2014. En 2017, Kong Skull Island avait, malgré son inexistence scénaristique, fait des efforts de réalisation. Les combats entre géants au moins étaient bien stylés. Malheureusement ici, c’est le fouillis.

Déjà au niveau de l’histoire, c’est très confus. Excepté un peu plus d’info sur Monarch, c’est bourré de non-sens, de deus-ex et de faux problème. Soit, mais alors les batailles ?

Plutôt moyennes au final. Elles sont moyennement lisibles et plutôt classiques. Le petit moment que j’avais surkiffé en 2014 est en 2019 trop utilisé, sans saveur.

Du côté humain, l’attachement n’est pas spécialement au rendez-vous, d’autant que des sacrifices sont carrément inévitables. Pour le coup, la jeune Millie débarque dans son premier long-métrage mais n’a quasiment qu’une expression tout du long…

Je ne suis pas à 100% blasé pour autant, car certains plans sont superbes. Godzilla est toujours aussi mimi. L’apparition d’autant de gros monstres dans le même film est assez satisfaisante. Et enfin, j’ai presque eu le même sentiment de surprise qu’en 2014 sur la fin.

Donc, que dire de Godzilla II : Le Roi des Monstres du coup ?

Le Roi des Monstres est moyen, il n’apporte pas autant d’originalité que précédemment. Il faut s’accrocher pour déceler des plans stylés et la fin pour trouver un moment à peu près jouissif. Malgré les rappels de liens avec Skull Island quasiment martelés, presque lourd et artificiels, tout le long du film, un combat entre le roi des singes et le roi des monstres me fait toujours aussi envie.

Si vous avez envie...

… de cracher des lasers, de nucléaire et de spectre audio, venez assister à la plus grosse bataille de gros monstres de l’année.

C'est ? Godzilla II : Le Roi des Monstres (Godzilla : King of Monsters)

Genre ? ,

Durée ? 132 min

Nationalité ?

Sorti le ? 29/05/2019

Vu le ? 26/05/2019

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email