Quoi ?

Elsa, la reine d’Arendelle, perçoit une voix chantante, que personne n’autre n’entend. En répondant à l’appel, elle et sa sœur Anna vont découvrir la vérité sur leur royaume

Alors ?

Les trailers donnaient vraiment envie. La césure avec le premier volet beaucoup plus enfantin semblait plus marquante. Dans les faits, ils ne poussent pas cet aspect à fond non plus.

Les dialogues se trimbalent toujours des passages mièvres. Certaines révélations paraissent assez pauvres. La narration crée parfois des enjeux artificiellement. Olaf devient insupportable : dès qu’il ouvre la bouche, c’est pour faire rire ou sourire. Du coup, les scènes sérieuses perdent beaucoup de leur intensité et les siennes ne convainquent pas vraiment. Enfin, j’ai trouvé les chansons terriblement fades. Elles répondent à des critères ultra classiques de la comédie musicale et contrairement aux tubes antérieurs, je n’en ai retenue aucune.

Je ne peux pas non plus détester ce second film, car je ne suis pas la cible prioritaire. Heureusement, pour les plus grands, il possède tout de même de bonnes qualités.

L’intrigue est bien plus intéressante que la précédente crise d’ado. On plonge beaucoup plus dans l’univers dans lequel les personnages évoluent. Le lien sororal donne clairement envie de voir le film entre sœurs. La colorimétrie tranche bien avec la neige colorée de La Reine des Neige I, car ici l’automne apporte des tons plus ternes et naturels. Les nouveaux costumes et créatures feront bien évidemment vendre de nouveaux jouets mais restent agréables dans le métrage. Enfin, le plus gros point à retenir demeure dans la partie technique. Pour un film de princesse, ils ont mis le paquet sur les pouvoir d’Elsa. Elle a toute sa place aux côtés des Avengers ! Je suis très content du résultat des scènes d’actions, notamment parce que j’ai pu rencontrer Marlon West, le directeur d’animation des effets visuels. Entre l’eau, le vent et les différentes autres simulations, la qualité d’animation récompense nos yeux ébahis.

Du coup ?

La Reine des Neiges II surfe finalement sur le succès de 2014. Moins mature qu’il ne parait dans ses présentations, il subsiste quelques intentions de nouveautés, notamment visuelles. Les enfants seront tout de même contents de revoir tous leurs personnages favoris dans cette aventure inédite. Je pense retourner voir cette suite en 3D et surtout en VO, pour comparer la fadeur des chansons.

EDIT : Je l’ai effectivement revu en 3D VOST et j’avoue avoir passé un plus agréable moment. Les chansons prennent beaucoup plus d’ampleur (sans pour autant rester dans la tête, sauf celle de Kristoff) J’ai un peu plus supporté Olaf, qui parait bébête en français (Dany Boon), alors que son intelligence ressort bien mieux en anglais (Josh Gad). J’ai tout de même décelé quelques défauts persistant, comme quelques points scénaristiques forcés ou prévisibles. Néanmoins, j’ai moins été gêné par les mièvreries. Elles passent beaucoup mieux au second visionnage ou alors en VO, encore une fois.

Si vous avez envie...

… de ne pas avoir peur de l’eau froide, de chanter comme un crooner et de nommer des feuilles volantes, partez à la découverte des origines de Arendelle !

C'est ? La Reine des Neiges II (Frozen II)

Durée ? 104 min

Nationalité ?

Sorti le ? 20/11/2019

Vu le ? 12/11/2019, 25/11/2019

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email