Aller au contenu

Pathé Annecy lors du Festival d’Animation : Entretien avec Cyrille Combier

Chaque année, je me rends au Festival International d’Animation (dont je parle ici) et une bonne partie des projections se font au Pathé Annecy. Pour en apprendre plus sur la gestion de l’établissement durant cette semaine effervescente, je me suis entretenu avec le directeur du cinéma, Cyrille Combier.

Pathé Annecy au cœur du Festival d’Animation

« C’est pour nous incontournable de prendre part au Festival d’Animation. » C. Combier

Pouvez-vous vous présenter brièvement et depuis quand travaillez-vous avec le Festival d’Annecy ?

Je suis à la direction du Pathé Annecy depuis septembre 2018. Depuis que nous avons acheté le cinéma, nous travaillons avec le Festival d’Animation. Cette collaboration existait bien avant l’arrivée de Pathé (c’était le cinéma Décavision avant le rachat de Pathé, ndr), mais qui pour nous s’inscrit complètement dans une logique de collaboration locale. C’est pour nous incontournable de prendre part au Festival d’Animation.

À propos de cette collaboration, comment s’organise la venue du Festival et avec quelle part de liberté ?

Le Pathé Annecy accueille le Festival d’Animation, on ne participe par à l’organisation, ni à l’élaboration. Nous, on va d’abord préparer la partie technique. Il y a beaucoup de préparations et de tests en amont avec les équipes techniques du cinéma, qui collaborent avec les équipes techniques du Festival. De manière à ce que nous contrôlons et vérifions tous les contenus. Avec des choses très simples et parfois plus compliquées, comme des courts-métrages venant d’horizons divers et variés.

Ensuite, on va avoir un échange important sur la partie dite grand public, avec le pass Grand Public, qui a ouvert il y a 3 ans, avec les séances Annecy S’Anime. Il y a effectivement un échange sur la programmation, puisque là le but est de faire venir au maximum le public annecien dans nos salles. Avec ça, on s’ouvre à un public moins pointu, non festivalier, qui va venir voir peut-être qu’une seule séance à travers cette formation.

On est partenaire du Festival, mais on reste un lieu d’accueil.

Le partenariat avec le Festival

Par rapport à ça, comment se passe cet accueil ? Est-ce une location ?

Le Festival loue nos salles, puisqu’il prend 6 salles de cinéma pendant 6 jours, sur la totalité des horaires d’ouverture. Avec aussi des séances en amont pour le jury, des choses diverses et variées. Puis les essais techniques qui ont lieu plusieurs semaines en amont du Festival, le matin avec une partie de mes équipes techniques et une partie de leurs équipes techniques. Ça monopolise certes beaucoup de ressources.

Au niveau de la programmation, vous avez les informations combien de temps à l’avance ?

C’est au fil de l’eau, il n’y a pas une date butoir où on a la programmation. Le Festival est totalement maître et autonome sur la programmation. Donc nous on teste les films et on les lance. Toute la partie billetterie est gérée uniquement par le Festival. On n’a même pas d’interaction à ce niveau là, à part sur les séances d’Annecy S’Anime.

C’est donc le Festival qui vous dit quel film va être diffusé et quand vous pouvez le faire ?

Oui, ce sont eux qui font le calendrier. Le Pathé Annecy pendant le Festival est vraiment un lieu de projection, comme la salle Bonlieu. Le Festival paie sa programmation sur différents lieux dédiés. Il n’y a vraiment que sur les séances d’Annecy S’Anime où là il y a un échange différent.

Impact sur les films du Pathé Annecy hors-Festival d’Animation

« Le festival d’Animation a une renommée suffisamment importante pour que chacun comprenne l’enjeu […] » C. Combier

Est-ce que cela impacte la programmation hors Festival ? Notamment au niveau des spectateurs venus pour les films déjà en salle ?

L’impact est évident, on n’a que 4 salles pendant 6 jours. Automatiquement, c’est au détriment de certains films, en tout cas ponctuellement pendant cette période.

Effectivement on va avoir une programmation qui va être plus allégée en termes de nombre de séances. Par exemple, un film qui peut avoir 3 ou 4 séances, va se retrouver qu’avec une ou 2 séances pendant pendant la durée du festival.

Mais c’est quelque chose qui est totalement compris. Le festival d’Animation a une renommée suffisamment importante pour que chacun comprenne l’enjeu et l’intérêt pour tous. Pour nous, cela nous contraint d’ouvrir que 4 salles à la programmation classique. Pour les spectateurs, les nouveautés sont moins accessibles mais sur une période relativement courte. En sachant que les séances Annecy S’Anime sont ouvertes à chacun et pas que aux festivaliers.

Il n’y a pas de souci particulier sur la période du Festival, au contraire. Les spectateurs apprécient de voir cette émulsion, qu’il se passe quelque chose. Il y a une ambiance, du monde dans les rues, tout le monde apprécie ça. Et c’est intéressant et positif pour la ville et pour le film d’animation.

Annecy S’Anime

Annecy s'Anime poster

Revenons sur Annecy S’Anime que vous avez évoqué plus tôt. En quoi ce programme consiste ?

Le Festival est destiné à des festivaliers. Donc le principe d’Annecy S’Anime ça a été de s’ouvrir au public annécien, de faire connaître au plus grand nombre le festival d’animation. Il y a différents dispositifs que le Festival met en avant. Il y a les séances scolaires, il y a des reprises, des programmes mis en place après le Festival d’Animation, pour éduquer les jeunes. Ils ont mis en place l’Hivernal Festival aussi, qui se déroule début décembre.

Annecy s’Anime a pour but d’aller chercher le public local, de leur proposer de l’animation, de leur proposer des rencontres, de leur proposer des temps particuliers. Pour qu’il y ait un lien plus important localement. Cela permet au public de venir 2 ou 3 fois, voire qu’une séance. Donc c’est vraiment l’intérêt de s’ouvrir au plus grand nombre et de rendre le l’accès au film d’animation le plus simplement possible. C’est-à-dire en passant par la billetterie du cinéma, qui est le parcours habituel pour le spectateur.

Fréquentation du Cinéma pendant le Festival et après le Festival

Concernant la fréquentation du cinéma durant la période du Festival, est-ce que les festivaliers se convertissent facilement au contenu, disons, plus classique ?

Pendant le Festival, non, les spectateurs ne viennent pas voir d’autres choses, ce qui est normal. Vous êtes venu au Pathé Annecy pour un Festival d’Animation, vous avez un programme tellement riche, tellement diversifié, vous avez tellement de choses à voir. Vous avez aussi toute une part du public qui n’est pas un public local, donc automatiquement, qui ne va pas revenir dans l’établissement.

Après que le Festival soit un levier, un fer de lance de l’expérience dans la salle de cinéma, c’est évident. Tout événement qui met en avant la salle de cinéma, ne peut que convaincre et que donner envie, à mon sens, aux spectateurs de revenir dans nos salles de cinéma.

En règle générale, pas spécialement au Pathé, c’est vraiment le partage d’une expérience collective, de vivre des émotions collectives. Une des animations en salle proposées l’année dernière avec Disney, c’était autour de Buzz l’Éclair. Vous aviez 400 personnes qui pendant vingt minutes ont joué de façon interactive.

Donc je pense que clairement le Festival d’Animation contribue à favoriser et à montrer l’expérience cinéma, avec l’intérêt de partager et d’échanger.

Se relever après la pandémie

Et par rapport à la pandémie, depuis la réouverture des salles, comment se porte la fréquentation du Pathé Annecy ? Est-ce qu’il y a eu un impact par rapport à 2019 ?

La fréquentation a bien sûr été impactée. Les chiffres nationaux communiqués n’ont guère d’exception en 2022, avec environ moins 30%-34% pour les multiplex.

On est dépendant des films aussi, quand ils ne sortent pas ou moins. Notamment la production américaine, fortement impactée par les mois de COVID et de confinement, a été énormément ralentie. Contrairement à la production française qui a continué à avoir des tournages. Donc il a manqué des films, il y a eu des choix aussi de studios de s’orienter sur un chemin beaucoup plus court vers les plateformes.

Mais je pense qu’aujourd’hui, il est assez clair que les studios américains ont fait plutôt machine arrière. Ou en tout cas reviennent vers la salle de cinéma. Pour une raison économique évidemment, mais aussi de valeur, par rapport à ce qu’apporte la salle de cinéma.

Un film qui n’a pas existé dans une en salle de cinéma a du mal à exister sur une plateforme. Il est quand même beaucoup plus facile de vendre et de faire parler d’un film qui a existé en salle de cinéma. Et ça je crois que la plupart des studios américains aujourd’hui le comprennent parfaitement. Ils voient la valeur de la salle de cinéma et le succès de différents films.

Si on prend les Américains, Top Gun 2 prouve bien que la salle de cinéma a une valeur que la plateforme ne peut pas apporter. Venir vivre une expérience comme Avatar en salle de cinéma, je crois qu’il y a pas photo. Les spectateurs étaient au rendez-vous, privilégiaient la 3D en plus, car ils recherchent une expérience.

Stratégies pour faire revenir le public au cinéma

« […] la salle de cinéma peut être plein de choses. » C. Combier

Et avez-vous des stratégies pour attirer de nouveau le public, comme l’installation d’autres technologies premium, après le Dolby Atmos ?

Alors oui, on se questionne. C’est évident que si on n’investit pas, c’est la mort de nos salles de cinéma. Il faut être rentable pour pouvoir investir et il faut investir pour continuer à faire venir notre public.

Aujourd’hui, rien n’est clairement arrêté, mais bien sûr, il y a plein de pistes de réflexion sur comment continuer à apporter une expérience différente. Ça passe par la qualité de projection, l’expérience dans la salle, par le parcours du spectateur pour réserver sa place, pour avoir sa place en salle, etc… Ça passe aussi par ce qu’on peut apporter de différenciant par des animations, par des contenus spécifiques. Il y a vraiment une réflexion de manière générale.

Cela se passe par exemple par des avant-premières, en présence des équipes ?

Oui, on a reçu ces derniers mois énormément d’équipes de films. On travaille beaucoup à ça parce qu’effectivement, je pense que ça apporte un plaisir pour le public de pouvoir rencontrer, de pouvoir échanger.

On continue de proposer un maximum de choses, qui donneraient envie à nos spectateurs de découvrir la salle de cinéma à travers d’autres contenus aussi, hors cinéma, comme du sport par exemple. Ils peuvent trouver aussi des concerts, des événements culturels, avec l’opéra et la comédie française.

Notre but est de montrer que la salle de cinéma peut être plein de choses.

Cliquez ici pour accéder au site du Pathé Annecy

Photo de Cyrille Combier par Vincent Bousserez

Merci à Cyrille Combier pour son temps, ainsi qu’à Véronique pour le contact. J’ai recueilli les propos lors d’un appel visio et je les ai adaptés pour le format d’article.

pathe annecy festival animation interview cyrille combier poster

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
Reddit
LinkedIn
Email