Un Raccourci dans le Temps

Quand suite à une annulation tu te rabats sur ce qu’il y a d’autre et que c’est malheureusement… en VF. Ce jour devait arriver !

Déjà, ça parle de quoi Un Raccourci dans le Temps ?

Le Docteur Alex Murry étudiait le voyage dans l’espace et notamment l’intrication quantique, avec sa femme Kate. Mais il y a 4 ans, il disparut sans laisser de trace, abandonnant femme et enfants. Meg, l’aînée, est une lycéenne peu aimée par les autres. Un jour, avec son petit frère et un ami, ils sont propulsés grâce à 3 Dames sur une autre planète, où il semblerait que leur père y soit passé…

Alors, que vaut Un Raccourci dans le Temps ?

Un ennui total. Déjà déçu de la séance Imax 3D de Tomb Raider annulée pour cause de panne technique, ensuite se taper un film américain en VF, alors en plus si c’est bourré d’incohérence, avec un montage et un rythme déplorable, c’est trop. J’ai vraiment passé 2h à attendre la fin du film, pour manger une bonne pizza. Et le pire, ou du moins plutôt rassurant pour moi, mes amis aussi étaient blasés.

Les personnages sont construits sur un bout de serviette, certains arrivent de nulle part et sont inclus dans l’histoire comme si on était censé les connaître. Des soucis de raccords viennent perturber le peu de compréhension qu’il faut pour suivre et les acteurs jouent sans aucune conviction, que ce soit les confirmés (Chris Pine, pourtant déjà présent chez Disney dans The Finest Hours, Oprah Winfrey qu’on n’avait pas vu dans un film depuis belle lurette, Gugu Mbatha-Rawou que j’ai connue plus brillante, ou encore Zach Galifianakis et Michael Peña qui apparaissent dans scènes assez courtes et sans grand intérêt) ou les enfants : personne n’est crédible, c’est sur-joué ou alors pas assez, mais on n’y croit pas dans tous les cas. L’héroïne essaye en vain de placer des phrases scientifiques, mais non merci, il n’y a pas de logique qui arrivait à expliquer ce désastre. Globalement, tout le long, j’avais l’impression qu’on m’imposait une vision féerique, alors que je n’en avais strictement rien à faire, pas assez prenant pour s’immerger.

L’histoire est trop décousue, des événements mettent des plombes à se réaliser alors qu’on connait déjà la fin, c’est très cliché ou des scènes vues et revues, certains éléments se contredisent et surtout, SURTOUT, c’est hyper Disnéen, le mauvais côté, celui qui édulcore tout et n’importe quoi. Les personnages passent leur temps à balancer des grandes phrases pseudo-philosophiques, sur des thèmes abordés des milliards de fois, donc sans aucune originalité. C’est niais, très manichéen.

Dans ce ramassis de vide, j’ai été surpris tout de même de trouver des plans presque audacieux. Disons que l’univers ici a quelques bonnes idées, mais tellement peu ou mal exploitées, que cela passe inaperçu. À un moment, je me suis même demandé s’ils n’ont pas changé de réalisateur entre temps, car des séquences ont une direction artistique très (trop) différentes du reste, sans aucune raison.

Donc, que dire de Un Raccourci dans le Temps du coup ?

L’impression de vivre un rêve plat, très ennuyeux, où l’on connait tout à l’avance et que c’est aussi peu original et naïf que c’est incohérent. Pour le coup, il n’y a vraiment rien à retenir, conservez 2h de votre temps. Sans parler du titre, où il n’est même pas question de temps. J’ai même préféré A la Poursuite de Demain, c’est dire.

Si vous avez envie...

… de vous téléporter par magie, d’avoir envie de parodier chaque scène ou réplique et de vous paumer dans l’espace, prenez ce raccourci… ou pas.

C'est ? Un Raccourci dans le Temps (A Wrinkle In Time)

Durée ? 110 min

Nationalité ?

Sorti le ? 14/03/2018

Vu le ? 18/03/2018

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email