Desierto

Après un survival dans l’espace, l’équipe de Gravity nous plonge au cœur du désert américano-mexicain, où là aussi il n’y fait pas bon d’y être…

Synopsis de Desierto

Des clandestins mexicains sont contraints de traverser la frontière américaine à pied. Sauf qu’en plus de la chaleur écrasante, ils sont traqués par un chasseur…

Mon avis détaillé sur Desierto

On n’est clairement pas là pour s’attacher aux personnages. Dès le début, on devine qui va y passer ou non et le décompte va assez vite, sans qu’on ait le temps d’approfondir chaque personnalité, du moins côté mexicain. En effet, seul le chasseur a un vrai rôle (Jeffrey Dean Morgan) et est bien construit. Même Moïse, le protagoniste principal (Gael García Bernal) est lisse et n’a pas grand-chose d’original (sa casquette m’a perturbé car elle me faisait trop penser à celle de Sacha dans Pokémon)

J’ai été un peu gêné par le peu de réalisme de cette longue poursuite : je doute qu’on puisse courir aussi longtemps, comment le corps peut-il produire autant d’adrénaline ? Encore une fois, le chasseur transmet le mieux la fatigue (et le ‘gros’ du groupe aussi)

Je n’ai pas vraiment trouvé de longueurs à proprement parlé, puisque finalement le film enchaîne ses scènes prévisibles logiquement.

La photographie du film est plutôt bien gérée, d’ailleurs plusieurs plans fixes étaient montrés comme des photos. La lumière est vraiment belle, on pouvait presque ressentir la chaleur dans le ciné, rien qu’en regardant l’écran. Deux-trois plans à deux niveaux de lecture étaient sympa aussi.

Vous aimez Jevaisciner.fr ?

Soutenez le site en achetant l’autocollant officiel ici !

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Informations sur le film :

Titre ? Desierto

Réalisation de ?

Genre ?

Durée ? 88 min

Nationalité ? ,

Sorti le ? NC

Vu le ? 01/05/2016

Dans quel cinéma ?

Si vous avez envie...

… d’un freerun long de 2 jours dans le désert, d’un chien américain aussi taré que son maître et parler anglais comme espagnol, faîtes un tour dans cette étendue de sécheresse.

Envie de donner votre avis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.