Coco

Devancé par la Fox et sa Légende de Manolo (The Book fo Life) en 2014, Disney/Pixar sort enfin son film sur le Jour des Morts mexicain avec des mélodies de guitare. Je profite de ma toute dernière séance 3D sans supplément, pour vous dire s’il était temps de le voir.

Quoi ?

Miguel est un adolescent mexicain qui vit dans une famille spécialisée dans la fabrication de chaussures. Sauf que lui, pourtant interdite depuis des générations, c’est la musique qui le botte. Le Jour des Morts, en cherchant désespérément une guitare pour jouer malgré le refus de ses proches, il se retrouve de l’autre côté, parmi les gens qui ont quitté le monde des vivants. Il va alors faire la rencontre de ses ancêtres, mais aussi d’Hector et peut-être même du grand Ernesto de la Cruz, son idole de toujours…

Alors ?

C’est une nouvelle réussite ma foi. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est une claque ou le chef-d’œuvre du siècle, cependant il fait bien le job, dans la lignée des Pixar.

Tout y est, la découverte d’un nouvel univers, des personnages attachants, une intro qui montre qui sont les patrons de l’inventivité du storytelling et un schéma piquant du classicisme par-ci par-là sans nous ennuyer.

Le gigantesque Pays des Morts est fabuleux, il pète de couleurs et de détails, avec des plans qui nous laissent même le temps d’apprécier le paysage. Ils n’ont par contre cette fois pas poussé la créativité jusqu’au bout (avec des petits détails d’écho du monde fictif au monde réel par exemple).

Miguel est vraiment pas stupide, a ses convictions mais n’hésite pas à apprendre. Le chien Dante est carrément supportable. Il aurait pu être le running gag relou qui gâche le film, alors qu’il est juste ce qu’il faut et utilisé à bon escient. Les squelettes sont rigolos et ont de petites astuces d’animation sympa.

Big up pour le rendu de l’arrière-grand-mère, super réaliste et donnant un attachement immense à ce personnage. Globalement, tous les personnages ont un air de connaissance, dans les sens qu’on peut retrouver nos propres membres au sein de cette famille. Et puis, le peuple mexicain permet d’ajouter une nouvelle fois de la diversité dans les personnages de films d’animation.

L’histoire reste passivement du déjà-vu, parfois prévisible si on capte l’armature globale, parfois on peut être surpris par moment. Un air de Vice-Versa, au niveau de la quête et du temps limité, qu’on retrouve un peu partout en fait.

Du coup ?

Oui il ressemblait à La Légende de Manolo mais qu’en surface, donc oui il trace sa propre voie et trouve d’autres thèmes à aborder, il se concentre beaucoup sur les rites et les éléments de la tradition en elle-même. Des choses évidentes, d’autres surprenantes, on voyage au rythme des instruments de musique, des lumières chatoyantes et des sonorités mexicaines. Une production réussie quoi.

Si vous avez envie...

… de jouer de la guitare, d’une panthère ailée et redécouvrir votre famille, découvrez donc qui est Coco !

C'est ? Coco

Genre ?

Durée ? 105 min

Nationalité ?

Sorti le ? 29/11/2017

Vu le ? 29/11/2017

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email