Aquaman

Warner/DC, j’en ai déjà parlé, ça ne va pas fort. Alors sortir l’origin-story d’un personnage dont on n’a rien à faire, ils avaient de quoi se planter à nouveau. L’ont-ils fait ?

Quoi ?

Le gardien d’un phare sauve la vie de la Reine d’Atlantis, un royaume sous les océans. Un amour certain s’installe et de cette union naît Arthur, enfant au sang-mêlé. Leur amour interdit est puni par des Atlantes et la reine est contrainte de repartir à l’océan, abandonnant son fils, resté avec son père. Des années plus tard, après avoir sauvé la Terre aux côtés de la Justice League, Arthur doit retourner chez les siens, car une guerre entre les 7 Mers semble se préparer…

Alors ?

Que ça soit l’annonce sur le calendrier DC, les premières bandes-annonce et les affiches dans le métro, ce film ne me tentait pas plus que ça. Surtout que jusqu’à maintenant, Warner étaient en roue libre avec ses héros, qu’ils ne maitrisaient pas vraiment. Alors je me suis installé en me disant que dans le meilleur des cas, ça pouvait être bien. Et franchement… c’était le cas !

C’est l’excellente surprise de cette fin d’année. Je ne connais pas vraiment le héros Aquaman (disons que j’en avais une idée vague) mais le peu que je connaisse est carrément modernisé à fond dans ce film. Déjà dans Justice League, je trouvais qu’avoir choisi Jason Momoa était une bonne idée, car son style est beaucoup plus percutant et charismatique que ce qu’on peut voir sur le personnage au tout début de sa création, en comics ou dessin animé. Dans ce film dédié, c’est pareil.

C’est diablement badass. Une fois qu’on a passé l’histoire creuse, les ellipses abusées et quelques incohérences, on se concentre sur la partie la plus importante : le monde d’Aquaman. L’immersion est totale, on découvre les différents royaumes qui composent Atlantis. J’en suis presque resté bouche b(ou)ée, notamment avec des accompagnements musicaux proches de Tron Legacy. Les plans sont suffisamment longs pour qu’on puisse apprécier les designs des villes et des véhicules. Ils ont mis le paquet sur les différentes zones, chacun dans un style très particulier. En plus, les blagues ne sont finalement pas hyper présentes.

Ensuite, ils ont clairement bien bossé les scènes d’action. Elles sont divertissantes mais surtout intelligentes. Les cadrages sont pensés pour bien nous immerger et suivre les mouvements (parfois en slow mo bien sûr) Le montage est astucieux et se permet quelques inventivités pour raconter d’une meilleure façon (que ça soit des flashbacks ou des points de vue de personnages différents) Pour le coup, l’IMAX 3D rajoute beaucoup de sensations (peut-être même plus que pour Mortal Engines) Il y a plusieurs plans très bien composés en terme de couleur et de placements d’éléments.

Visuellement, j’ai trouvé des passages assez moches (fonds verts et doublures numériques spotted), tandis que d’autres sont réussis. C’était un sacré défi de raconter une histoire avec des personnes qui vivent sous l’océan (?? sous l’océaaaan ??) et on en a pour notre argent, grâce à des effets de flottement pour les cheveux, des mouvements un peu ralentis et le son de la voix déformé.

Ce qui est le plus gênant, ça serait le méchant archi classique, dans un schéma narratif hyper courant, avec un lien au DC Worlds ultra expédié. Ah et le nom du héros est quand même bien moisi, il faut le dire et les clichés écologiques, un poils redondants.

Du coup ?

J’ai commencé ma séance à me demander ce que je faisais là, puis à me rendre compte des trucs cools qui apparaissaient à l’écran, petit à petit. Ça, puis ça et puis ça, une accumulation de bonnes idées, qui permettent à Aquaman de se démarquer enfin positivement des autres films du DC Worlds. Les citations presse sur les affiches n’ont finalement pas menti. Je suis venu pour le divertissement et j’ai eu du spectacle travaillé. Ya pleins de défauts par-ci par-là certes, mais j’ai retenu que je ne me suis pas ennuyé et qu’on ne s’est pas foutu de moi. Un film fun, badass et surtout qui apporte un nouvel univers vraiment bien travaillé (comme dans Wonder Woman par exemple, avec les batailles des Amazones). Ils ont bâclé un peu l’écriture, tout en compensant avec l’univers marin fascinant. Aller, j’ose le dire : c’est presque un Star Wars aquatiques. DC/Warner sortiraient-ils enfin la tête de l’eau ?

Si vous avez envie...

… parler aux poissons, d’un Aquaman bien sexy et d’une bataille des plus épiques sous l’eau, partez donc à la recherche du Trident d’Or !

C'est ? Aquaman

Durée ? 144 min

Nationalité ?

Sorti le ? 19/12/2018

Vu le ? 12/12/2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email