Quoi ?

La Famille Addams, lugubre et morbide, a emménagé dans le manoir de la petite ville d’Assimilation. Tout semblait bien se dérouler, jusqu’au jour où la présentatrice déco Margaux Needler découvre l’existence de cette maison. Elle qui ne jure que par les couleurs flashy et la bienveillance, elle va tout faire pour virer cet immondice du décor

Alors ?

Le design aux premiers abords paraissent abruptes et peu attirants. De même, la bande-annonce reprend les codes des films mainstream à plus petits budgets. Le genre de projet qui ne se base que sur une licence rétro. Alors qu’en fait…

Je ne connais pas grand-chose à la Famille Addams, seulement en surface les icones cultes que l’on peut retrouver partout. Je n’ai vu aucun film, aucune série (live ou animée) et aucune BD. Et pourtant, je suis tout de suite rentré dans l’univers macabre et hilarant.

On a déjà eu droit à des aventures mortuaires, notamment avec la trilogie Hôtel Transylvanie de chez Sony Pictures Animation. Que pouvait donc raconter de plus ce long-métrage ? Eh bien ils se sont focalisé sur ce qui caractérise le plus cette famille déjantée : la mort. Et ça fonctionne à mort.

Les gags tournent autour du mauvais goût, du meurtre et le décalage se base sur le contraste entre ce que l’on est censé penser comme moralement acceptable et leur vision de la « bienveillance ».
Ce long-métrage ne s’adresse clairement pas au très jeune public, car beaucoup de blagues nécessitent un certain recul pour bien les saisir. Il est préférable de le regarder à partir de l’adolescence, je pense.

L’efficacité de l’humour apporte un bon rythme. Jamais de scène lourdes, on cale la chute rapidement sans faire traîner, tout en tapant juste. À titre personnel, c’est carrément mon type d’humour : décalé, absurde et subtile (dans le sens que parfois par petite touche discrète, qui rajoute juste du rythme). J’ai remarqué à un moment d’ailleurs un petit détail, insignifiant pour une scène, mais qui participe à l’agrémenter. Ça me donne envie de le revoir, juste pour débusquer d’autres de ces easter-eggs, dont les décors semblent regorger.

Malgré des designs très exagérés, l’animation tient vraiment la route et même quelques effets spéciaux / simulation impressionnent.

Enfin, l’intrigue explore beaucoup de sujets actuels, sans faire dans le pathos. Par exemple, les réseaux sociaux et la technologie font partie des thèmes, sans pour autant en faire trop. Ils les utilisent à bon escient en évitant de surcharger, comme pourraient le faire des films plus flemmards.

Du coup ?

Une véritable bonne surprise. Un humour décalé qui me touche beaucoup, tout en abordant des sujets modernes pertinents. Les références au culte de la Famille Addams se font discrètes et ne dérangent pas les spectateurs néophytes comme moi. L’écriture se tourne plutôt vers un public âgé (bon, pas non plus comme Sausage Party, le précédent film des réals), car l’aspect sordide est très présent et constitue la force de ce film. Le casting original assure grave et je pense que cela joue beaucoup sur l’ambiance. Évitez d’aller le voir en VF, beaucoup de blagues doivent y passer à trépas.

Si vous avez envie...

… de multiple tentative de meurtre, d’un corbeau malade et d’un pianiste virtuose, redécouvrez la Famille la plus barge du cinéma !

C'est ? La Famille Addams (The Addams Family)

Durée ? 97 min

Nationalité ?

Sorti le ? 04/12/2019

Vu le ? 09/12/2019

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email