Pierre Lapin

On est encore en avril. Et avril, c’est le mois de Pâques. Pâques c’est les lapins. Je suis encore dans les temps !

Quoi ?

Une famille de lapins est constamment chassée par le vieux McGregor. Jusqu’au jour où il trépasse, laissant derrière lui son immense jardin et manoir. C’est la fête pour tous les animaux de la campagne ! Mais la liberté n’est que de courte durée quand le neveu Thomas McGregor hérite du bien, qu’il veut revendre pour construire un magasin de jouets en face du célèbre magasin Harrod’s, d’où il vient de se faire renvoyer. Pierre Lapin et toute sa clique ne veulent pas se laisser envahir de nouveau, alors une nouvelle guerre est déclarée

Alors ?

C’est mignon et beaucoup moins lourd que je pensais. C’est même émouvant par moment !

Les petites créatures sont super craquantes, mention spéciale pour les lapins bien sûr, qu’on a envie de prendre comme peluches.

L’histoire est bien rythmée, les gags touchent tous les publics. J’avais peur que ça ne soit destiné qu’aux enfants. Les animations des animaux sont fluides et leurs interactions avec le réel marchent bien. J’ai même été agréablement surpris de les voir chanter sur du Fort Minor !

C’est la première fois que je vois Domhnall Gleeson (Il était Temps, Ex-Machina) dans une comédie aussi burlesque et ça le réussit plutôt.

Du coup ?

Sans doute un peu plus déjanté et moins réaliste que Paddington, mais qui rentre dans le cercle des comédies anglaises. Ça parle de Londres avec des animaux numériques : un plaisir à fourrure !

Si vous avez envie...

… de visiter le magasin londonien Harrod’s, d’un coq à fond tous les matins et de sauter dans tous les sens, joignez-vous à toutes ces petites boules de poils !

C'est ? Pierre Lapin (Peter Rabbit)

Genre ?

Durée ? 99 min

Sorti le ? 04/04/2018

Vu le ? 29/04/2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email