Quoi ?

À Bacurau au cœur du Brésil, les villageois vivotent tranquillement. Ses mœurs, ses cas spéciaux, ses traditions. Tout va pour le mieux, jusqu’au jour où la ville s’efface de toutes les cartes

Alors ?

Un début immersif dans le quotidien de ce village brésilien, qui s’éternise trop. J’ai eu du mal à rester accroché. D’autant que je n’étais pas habitué à écouter du portugais. Néanmoins, la pertinence de nous faire côtoyer les habitants au plus près, permet de crédibiliser la suite.

Une fois que les premières tensions pointent le bout de leur nez, le long-métrage devient très captivant. Tout se joue sur les silences et le jeu des acteurs. Un vrai western moderne, contrasté par ses effets de montage rétro.

C’est indé de ouf (cf les nombreuses boîtes de production en intro), c’est cru, assez réaliste et même un peu immoral.

Bacurau m’a un peu fait penser à Desierto dans le principe.

Du coup ?

Ici, il faut vraiment rester un bon moment devant, avant que les ennuis commencent. Une fois arrivés, c’est percutant et bien rythmé. Après Parasite, c’est donc le 2e film de Cannes que je visionne.

Si vous avez envie...

… de psychotropes, d’un musée et de points, direction le Brésil pour disparaître de Google Maps.

C'est ? Bacurau

Genre ? ,

Durée ? 130 min

Nationalité ? ,

Sorti le ? 25/09/2019

Vu le ? 30/09/2019

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email