Les Schtroumpfs et le Village Perdu

Sony convertit une de ses licences en film d’animation pur via un reboot. Il est vendu comme le plus beau des vacances. Info ou intox ?

Quoi ?

Dans leur village, les Schtroumpfs ont chacun leur personnalité. Parmi eux la seule fille, la Schtroumpfette, est différente des autres. Mais après avoir appris l’existence d’un autre Village elle décide de partir à sa recherche, avant que le méchant sorcier Gargamel ne la devance.

Alors ?

Info, en partie ! Tout d’abord, je félicite le character designer Patrick Mate qui a respecté le dessin de Peyo, dans les personnages mais aussi les créatures secondaires et les plantes.

J’ai complètement fait l’impasse sur les 2 précédents films, où ils étaient dans le monde réel en incrustation numérique, donc c’est pour moi le premier film de Sony que je vois. De plus, je n’ai pas non plus lu toutes les BD, j’ai surtout regardé l’adaptation en série tv de l’époque sur la 6.

En termes d’animation, c’est plutôt bon, Sony ont largement prouvé leur force avec Hotel Transylvania (voir ma review du 2) ou Tempête de Boulettes Géantes, elle jongle entre cartoon énervé et douceur.

C’est très joli, parfois des plans sont très originaux (en composition, lumière et mouvement de caméra), j’ai bien aimé toute la partie dans la Forêt Interdite, où le lot de plantes, de couleurs et d’animaux sont au rendez-vous. Un autre point positif réside dans l’inventivité pour mêler technologie moderne avec les éléments de l’univers (notamment avec la coccinelle) Mais après tout ça, il ne reste pas grand-chose.

En effet, l’histoire est très basique, tout ce qui touche les dialogues et les gags, ils ne font que reprendre ce qui marche. Quelques fois ça marche, je rigole, parfois ça ne marche pas, ça sonne faux, comme s’ils avaient compilé tout ce qui divertit les enfants en 2017, public largement prioritaire (les musiques électro-pop en sont la preuve) Il faut des films qui s’adressent aux jeunes mais il faut savoir se renouveler aussi, car cela donne parfois des scènes assez inutiles.

Même des moments avec 4e mur, ça ne semble pas logique dans la narration. Certains gags sont longs, jusqu’à la fin même. C’est souvent des répliques ou mise en scène décalées sans surprise. C’est lourd par moment, comme par exemple un personnage secondaire terriblement insupportable par son débit de paroles comparé à son importance. On connait la mécanique du film dès le début et ils ne font rien pour que cela change. J’ai été même déçu par la fin, j’ai pensé « tout ça pour ça », pour moi le film était fini dès la résolution du problème principal, car tout était prévisible.

La partie aventure est bien mais est parsemé de bavardage. Lorsque le film se termine, je n’ai pas ressenti ce moment où tu es soulagé que tout se finisse bien, sans doute par la courte durée (la fin est expédiée en fait, avec des raccourcis de scénarios assez violents)

Donc ok c’est joli, mais ça n’en fait pas le plus beau de l’année pour autant car il en faut plus pour compenser une histoire aussi simple et réchauffée. Trop d’éléments convenus : gags, coup de théâtre, danses déjà trop vus.

Du coup ?

Donc ok c’est joli, mais ça n’en fait pas le plus beau de l’année pour autant car il en faut plus pour compenser une histoire aussi simple et réchauffée. Trop d’éléments convenus : gags, coup de théâtre, danses déjà trop vus.

Si vous avez envie...

… de lapin-cheval fluo, de running gag semblant interminables et de réécouter une musique que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, allez découvrir le village perdu des Schtroumpfs !

C'est ? Les Schtroumpfs et le Village Perdu (Smurfs : The Lost Village)

Genre ?

Durée ? 90 min

Nationalité ?

Sorti le ? 05/04/2017

Vu le ? 06/04/2017

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email