Solo : A Star Wars Story

Des bandes-annonce qui donnent moyennement envie, un titre décevant, un acteur principal improbable, le pire démarrage Star Wars au box-office… Vous vous doutez que je ne m’attendais à rien pour ce film.

Déjà, ça parle de quoi Solo : A Star Wars Story ?

Han Solo rêve de devenir le meilleur pilote de la Galaxie. Il s’échappe de sa planète et se fait enrôler par l’Empire. Il déserte en rejoignant un groupe de mercenaires travaillant pour l’Aube Écarlate, qu’il va aider dans le braquage d’un convoi…

Alors, que vaut Solo : A Star Wars Story ?

Pas fou fou… Mais pas mauvais. Je me suis surpris à passer un bon moment sur plusieurs passages. Les scènes de poursuite ne réinventent rien, néanmoins elles sont jouissives. L’histoire est simple, c’est de l’aventure classique.

À part Chewie parce qu’on le connait et qu’on l’aime bien, aucun personnage n’est attachant. Déjà Han qui pour moi en est loin. Le choix de l’acteur Alden Ehrenreich est encore une énigme quand on sait que Anthony Ingruber aurait pu rentrer dans le rôle. On a du mal à cerner son évolution et surtout, aucun lien avec la version qu’on connait tous. Mêmes les maigres raccords dont on n’avait pas spécialement besoin de voir explicitement, sont bâclés. Emilia Clarke (Game of Thrones, Terminator : Genisys) ou Donald Glover, comme les autres, font ce qu’il faut sans qu’on soit plus dedans que ça. On se fiche de ce qu’il arrive à leur personnage. Le robot L3 en plus de « genrer » les androïdes est insupportable quant à sa transposition avec le contexte de social warriors actuels. Ça aurait pu marcher s’ils en avaient moins fait. Le choix de Paul Bettany (Vision dans les Avengers) pour les reshoot était une bonne idée, car l’acteur a un bon jeu et une vraie gueule.

Il reste quand même quelques autres bonnes idées, aussi bien des thèmes abordés ou des machineries. Le film en lui-même tient la route. Ils ont même été super soft sur le fan-service et les blagues Marvel. Mais vis-à-vis de l’univers Star Wars, on ne sait pas trop où se placer, ils ont tenté de créer des sous intrigues. Sauf qu’il s’agit d’un flashback, donc je ne vois pas ce que cela apporte à la saga, si ce n’est de lier d’autres spin-off futurs.

Donc, que dire de Solo : A Star Wars Story du coup ?

Ça fonctionne plus que je ne pensais, s’il est pris tout seul, avec de bonnes scènes et quelques bonnes idées. Il reste néanmoins des défauts, entre les personnages inintéressants, des manques de cohérence et un lien flou avec la ligne directrice. En soi, qu’il existe ou pas, cela ne change pas grand-chose. Je veux bien qu’on laisse tomber l’Univers Étendu mais à condition d’assurer les films censés étendre les vrais épisodes, ce qui n’est pas le cas. À la rigueur, autant j’ai adoré le dernier tiers de Rogue One, autant là c’était le premier.

Si vous avez envie...

… de Faucon Millenium, de surenchère de twists de fin et de zéro sabre laser, allez voir qui est Solo.

C'est ? Solo : A Star Wars Story

Genre ? ,

Durée ? 135 min

Nationalité ?

Sorti le ? 23/05/2018

Vu le ? 29/05/2018

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email