Robin des Bois

Partir avec des aprioris négatifs, des fois ça peut bizarrement aider à mieux apprécier un film. Ne jamais juger trop vite.

Quoi ?

Robin de Loxley est envoyé à la guerre, en croisade. À son retour forcé en Angleterre à Nottingham, il apprend qu’on le considère comme mort. Aidé de son nouvel ami Jean, il va alors contrecarrer les plans du Shérif, en se dissimulant la nuit sous une capuche

Alors ?

Franchement, j’étais parti pour m’ennuyer. Je m’attendais à de l’action insipide. Vu les notes d’Allociné et les divers retours de flop aux US, Robin des Bois n’était pas destiné à réussir ma soirée. Ça n’aide pas quand tu vois le méchant (joué par Ben Mendelsohn, en pleine redite de son rôle dans Ready Player One), la jolie fille de service (Eve Hewson, la fille du chanteur Bono, en mode « bonjour les décolletés du fan service ») ou encore le manque de sang pour faire grand public (quand tu égorges, ça gicle normalement, mais bon, faut bien faire venir les enfants). Et pourtant.

Pour ma part, je connais de Robin des Bois que ce que m’a montré Disney et j’ai vu aucun « live » précédent au cinéma. Au début du film, on nous prévient que ça ne sera pas l’histoire que l’on connait tous. Ce qu’ils respectent.

En gardant le fond de la légende, le film arrive à la moderniser. Notamment avec les designs des costumes, des armes, des lieux et des comportements. Tout ressemble au 21e siècle transposé au moyen âge (avec sans doute quelques anachronismes et des libertés) C’est clairement un film d’action, où l’on peut changer chaque élément ancien par un élément récent. Tu remplaces des arbalètes par des sulfateuses, les chevaux par des motos, les chars par des voitures de sport, la mine par la banlieue. C’est un grand mélange d’un Fast and Furious, d’un Mission Impossible et même d’un Batman.

Une fois que j’ai capté cet angle, j’ai beaucoup plus apprécié les scènes d’actions (qui pourtant ne réinventent rien), les enjeux de l’histoire et l’adaptation. Petit Jean joué par Jamie Foxx, c’est oui ! La croisade filmée comme un film de guerre moderne en Irak, c’est oui ! Je me suis bien amusé finalement.

Du coup ?

Ça n’en fait pas pour autant le film de l’année, il reste quelques parts de classicisme et ce n’est pas parfait (des fonds verts moyens, des acteurs qui jouent ce qu’il faut, des scènes d’action alimentaires par ci par là, des blessures pas si graves…). Je ne cherche pas en particulier une suite, néanmoins, je n’y ai pas décelé d’arnaque ou de lourdeur. Robin des Bois m’a diverti avec sa modernité maîtrisée, je n’ai pas senti passer les 2 heures. Ils parlent ici de « hood » (capuche) dans « robin hood » et c’est une bonne idée. Une aussi bonne surprise que le dernier Arthur en fait (histoire de rester dans l’ambiance conte remasteurisé)

Si vous avez envie...

… de tirer des flèches en slow motion, de CRS du moyen âge et d’un Petit Jean musulman, enfilez votre plus belle capuche et allez faire pression sur votre gouvernement.

C'est ? Robin des Bois (Robin Hood)

Genre ? ,

Durée ? 116 min

Nationalité ?

Sorti le ? 28/11/2018

Vu le ? 29/11/2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email