Miss Hokusai

Retour au film d’animation ! Maintenant que le Studio Ghibli fait une pause, les autres réalisateurs japonais peuvent sortir en toute tranquillité. C’est ainsi que Keiichi Hara rend hommage à la peinture avec Miss Hokusai.

Alors, que vaut Miss Hokusai ?

Dans le Tokyo des années 1800, qui s’appelait Edo à l’époque, vit une jeune femme nommée O-Ei, qui n’est ni plus ni moins l’assistante et surtout la fille du célèbre peintre Hokusai.

J’aime beaucoup les films d’animation japonais, car ils ont cette ambiance très caractéristique de pays, empli de traditions, de coutumes et de fraternité. Ici se mêlent amour du dessin, scènes fantastiques, de par les différentes légendes qui y sont racontées et poésie.

Au début, j’ai cru qu’on allait être envahit par d’innombrables personnages, car ils apparaissaient les uns après les autres. Mais finalement, cela s’arrête assez vite, et on arrive à les distinguer. Comme si c’était une fresque. J’ai bien aimé l’aspect de la miss, car elle ne fait pas princesse, presque garçon manqué. Elle a un regard qui la rend blasée, mais en même temps semble déterminée. Elle sait ce qu’elle veut.

Le film a pas mal de longueurs, car il est découpé en plusieurs scènes, plus ou moins longues, avec plus ou moins de rapport entre elles, sur des moments de vie pure. Parfois on ne sait pas trop on le réalisateur veut en venir, on peut décrocher. Mais c’est assez bien rattrapé par les moments mythologiques et surtout, pour les passages avec la petite sœur, O-Nao, qui sont d’une sincérité et d’une magnificence émouvantes.

L’animation aussi est pas mal, avec certaines scènes qui ont dû nécessiter le travail d’animateurs de qualité. De plus, les intégrations 2D/3D sont très bien faites, le tout est très harmonieux.

Pour la musique on est bien servi, avec tantôt des airs d’instruments traditionnels, tantôt du moderne, à tendance rock, même.

Pour ce qui est de l’historique, je ne connais malheureusement pas suffisamment l’œuvre et le parcours de Maître Hokusai, donc sans doute il doit y avoir des allusions à des peintres de son époque ou d’œuvres qu’il aurait faites. Je présente mes sincères excuses auprès des personnes qui l’admirent, pour cette honteuse ignorance ! Je vais de ce pas me documenter (je n’ai hélas pas pu assister à l’exposition qui lui était consacré au Grand Palais)

Si vous avez envie...

… de découvrir les secrets du peintre de la Vague, de contempler l’amour d’une grande sœur et de rencontrer un petit chien trop mignon, remontez le temps et admirez la culture nippone.

C'est ? Miss Hokusai (Sarusuberi: Miss Hokusai)

Compagnies ? ,

Durée ? 93 min

Nationalité ?

Sorti le ? 02/09/2015

Vu le ? 14/09/2015

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email