The Lobster

C’est vraiment depuis que j’ai la carte de cinéma, que je vais voir des films indépendants, au scénario loufoque et une realisation particulière. The Lobster vient s’ajouter à la collection.

Alors, que vaut The Lobster ?

Imaginez le monde le jour où les célibataires doivent obligatoirement retrouver l’âme soeur. Ils sont emmenés dans un hôtel, dans lequel ils séjournent une base de 45 jours. Durant cette période, ils doivent rencontrer un ou une partenaire, pour pouvoir retourner en ville. Si ce n’est pas le cas, ils sont alors transformés en un animal, qu’il doivent choisir en arrivant.

Le film se semble pas si bizarre au premier abord. Les personnages expliquent très bien la situation, la scène d’exposition est très claire.

On suit durant (quasiment) tout le film le personmage de David, joué par un Colin Farrell bouffi, bedonnant, un peu paumé, gentil. Contrastant totalement avec son précédent rôle de tueur en série devin, sportif et calculateur dans Prémonitions.

Le rythme est assez lent, on prend le temps de voir ce qu’il se passe. Pas vraiment dans le sens contemplatif, mais plutot pour qu’on s’immerge plus facilement dans la nouvelle vie de David. La caméra se pose souvent, bouge peu, comme pour permettre de nous concentrer sur les évènements. Il y a toute une scène en slow-motion qui, je trouve, est très agréable à l’œil. Le film est en 2 parties, la première étant assez structurée, la deuxième qui l’est moins, ce qui m’a un peu perdu par moment, ne sachant pas où on voulait m’emmener.

Tout est assez cru, aussi bien dans l’image que dans le texte. J’ai beaucoup aimé la façon dont tout le monde parle. C’est direct, sans detour, d’un ton très neutre et ce, pour n’importe quel sujet. C’est même plutôt violent à certains moments.

Pas mal de choses qui peuvent nous arrivre dans notre vie sont ici présentées de manière totalement objective, comme pour prendre un recul sur notre propre existence, voire sur l’être humain.

Si vous avez envie...

… d’une remise en question sur les relations humaines, d’un Colin Farell excellemment méconnaissable et d’un début proche d’un Quentin Dupieux (en moins burlesque), venez chercher l’amour dans cet hôtel au règlement étrange.

C'est ? The Lobster

Durée ? 119 min

Nationalité ?

Sorti le ? 28/10/2015

Vu le ? 21/11/2015

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email