Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald

En dépit d’avoir pu aller à l’avant-première officielle à Bercy, le Grand Rex (où ça aurait dû être d’ailleurs…) a organisé la projection exclusive du 1 suivi du 2 en Grand Large. Les Potterheads étaient au rendez-vous !

Quoi ?

Le ministère de la magie de New York avait réussi à garder Grindelwald. Mais ce dernier s’échappe lors de son transfert. Un certain Albus Dumbledore charge Norbert Dragonneau, le zoologiste voyageur, de mettre la main dessus, à Paris

Alors ?

J’ai pu revoir Les Animaux Fantastiques dans de meilleures conditions que la première fois. J’ai pu ainsi me remettre les événements en tête pour bien apprécier la suite. Esteban, l’animateur officiel du Grand Rex, nous a annoncé que la suite était encore plus dingue que le premier volet. Il ne s’était pas trompé.

L’équilibre entre humour et aventures sombres est encore bien géré. De nouvelles créatures impressionnantes font leur apparition et d’anciennes reviennent avec pertinence.

De même que les clins d’œil à la saga Harry Potter sont un peu plus nombreux et seuls les vrais réagiront. Mais les néophytes ou les non hardcore-fan comme moi, auront leur lot de nouvelles révélations.

En effet, ce que j’aime avec Les Animaux Fantastiques, c’est que J. K. Rowling arrive à créer des nouvelles intrigues intéressantes avec de nouveaux personnages, de nouveaux enjeux. Alors qu’elle part, pour rappel, d’une encyclopédie fictive. Les personnages sont bien écrits, avec une vraie personnalité. Le héros timide (Eddie Redmayne, vu dans des rôles puissants dans The Danish Girl ou Une Brève Histoire du Temps) prend des décisions plausibles, et le méchant (Johnny Deep, qui change enfin un peu de ses rôles comme dans Alice de l’Autre Côté du Miroir ou Pirates des Caraïbes 5) qui a un vrai fond non manichéen. Même le side Kick (le personnage à gags, ici le très bon Dan Fogler) n’en fait pas des caisses, est utilisé avec précaution. De même, gros coup de cœur pour le casting version jeune de deux personnages jeunes, qui colle parfaitement au casting version adulte.

Une dimension internationale à la magie est apportée également avec cette saga. Ça donne envie de se plonger dans l’univers de la magie, ailleurs qu’à Poudlard et Londres. Cet épisode d’ailleurs se passe en partie à Paris. Comme je l’ai vu le 13 novembre, ça fait un bel hommage aux attaques d’il y a 3 ans déjà. Quelques éléments d’architectures aussi, typiquement de la capitale française, sont savamment utilisés dans le monde magique.

Pour en revenir rapidement sur le Grand Rex, le deuxième volet en avant-première a même été lancé quelques minutes avant, histoire qu’on ait les derniers transports. En bonus, une superbe carte de Paris version Wizarding World nous a été offerte à la sortie. Merci de nous chouchouter autant !

Du coup ?

Les Crimes de Grindelwald est une réussite. Tant dans l’univers d’Harry Potter (officiellement nommé Wizarding World) qu’en tant que préquelle dans le monde du cinéma. Ce qui nous indique que c’est possible de faire des préquelles réussies. La suite promet d’être épique, ça monte calmement, tout en étant à la fois divertissant et intéressant. Et c’est un non adepte de la fantasy qui vous le dit.

Si vous avez envie...

… de niffleurs, de salamandres et de poulpes, débarquez à Paris magique des 1920’s !

C'est ? Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald (Fantastic Beasts : The Crimes of Grindelwald)

Genre ?

Durée ? 134 min

Nationalité ? ,

Sorti le ? 14/11/2018

Vu le ? 13/11/2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email