Le Monde de Dory

En 2003, je suis allé voir Le Monde De Nemo, avec ma sœur (premier ciné sans les parents !) en 2D VF. 13 ans plus tard (déjà !) je vais voir la suite tout seul en 3D VOST !

Synopsis de Le Monde de Dory

Après avoir retrouvé Nemo, Dory se rappelle qu’elle a une famille à retrouver aussi. Mais comment s’y prendre quand on a un trouble de la mémoire immédiate ?

Mon avis détaillé sur Le Monde de Dory

Je n’étais vraiment pas chaud pour une suite. Le Monde de Némo est mon Pixar préféré, car les couleurs, l’originalité et la poésie étaient inédites pour moi à cette époque et devaient rester intactes. Prolonger le plaisir avec Dory était risqué et ce que je redoutais s’est un peu manifesté. Principalement, le schéma narratif était quasiment le même que le premier. Cela aurait pu passer s’ils assumaient que c’était un film à part, mais les références peu subtiles de leur aventures nous rappelaient sans cesse que ça se passe après. Aussi, la découverte du monde marin n’était pas aussi immersive, puisqu’on le connaissait déjà. De plus, Marin semble avoir un peu perdu de sa fougue, alors qu’il avait l’air guéri à la fin du 1. Mais…

Ça reste un bon film. L’introduction est poignante et fait le lien entre l’histoire de Dory avec celle de Marin, c’est très bien amené. Les actions de Dory dans le 1 sont totalement justifiées ici, révélées, comme s’ils avaient déjà cet opus en tête. Paradoxalement pour une suite, c’est plutôt une origin-story (genre X-Men 2). Le fan service est quand même moins présent que je le pensais, heureusement, donc appréciable.

Les gags ne sont pas lourds, ni enfantins et sont très drôles. Les nouveaux personnages ont des rôles suffisant, ils ne font pas simples rajouts de futurs jouets à vendre, leur apparition est légitime. En plus, ils sont super attachants.

Les valeurs véhiculées dans le film restent un peu similaires au 1 et ne sont pas hyper subtilement montrées. Genre, à un moment, la magie du cinéma apparaît avec ses grosses bottes, c’est dommage.

Mais il y a tout de même de l’innovation, car j’ai bien aimé certaines scènes, comme par exemple les ralentis, ou encore les plans-types lors des flash-backs. Les défis techniques aussi sont au rendez-vous avec les animations folles du poulpe Hank. Un air de Léon dans Monstres and Cie.

La 3D relief n’a pas été tiré à son plein avantage, mais certaines scènes valent le coup.

Donc voilà, ce n’est pas vraiment nouveau, mais ils s’en tirent bien avec une réalisation agréable et de l’humour bien dosé, pour toute la famille.

Aussi, j’ai eu la chance d’avoir le court -métrage Piper d’Alan Barillero avant le film, ce qui était grandiose car magnifique pour les yeux. L’histoire plutôt simple et déjà vue, mais la mignonnerie des personnages et le réalisme du rendu, couplé à de la 3D relief immersive de ouf, ça donne une très bonne entrée en matière de film maritime !

 

Vous aimez Jevaisciner.fr ?

Soutenez le site en achetant l’autocollant officiel ici !

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Informations sur le film :

Titre ? Le Monde de Dory (Finding Dory)

Réalisation de ? ,

Durée ? 97 min

Nationalité ?

Sorti le ? NC

Vu le ? 25/06/2016

Dans quel cinéma ?

Si vous avez envie...

… d’une légère impression de déjà-vu, de câlins-party avec des loutres et d’entendre Sigourney Weaver, replongez donc dans le grand large de Pixar !

Envie de donner votre avis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.