Drôles de Petites Bêtes

Vraiment, les films d’animation français/francophones semblent être boudés par les distributeurs français, puisque si je ne connaissais pas une personne qui avait travaillé sur le film, je n’en aurai pas entendu parler : pas vu de bande-annonce, ni d’affiche…

Déjà, ça parle de quoi Drôles de Petites Bêtes ?

Apollon le Grillon est un artiste de cirque solitaire, parcourant le monde à la recherche d’un public réceptif. Un soir, il arrive dans une charmante ville où vivent des abeilles, régnées par la Reine Marguerite, très gentille, bien qu’elle aimerait sortir de son palais. Sa cousine Huguette la Guêpe va alors profiter de la rencontre du grillon et de la reine pour manigancer un plan en douce contre elle

Alors, que vaut Drôles de Petites Bêtes ?

J’ai essayé de me dire que c’était pour touts petits, sans succès. Je ne pense pas que les enfants soient si stupides au point d’écrire un film aussi mou… si ?

De base, le rendu fait film d’étudiants en dernière année d’école de 3D, heureusement, les têtes de promo. Autant les designs respectent les livres, autant leur passage en 3 dimensions ne passe pas, ça fait pas fini, pas recherché. Les décors sont assez simples, ça manque d’une richesse de détails pour bien s’immerger dans la ville. Techniquement, seules les réfractions et les fourrures sont irréprochables et très réalistes. Bien évidemment, pas tout le monde ne peut obtenir un budget de Pixar ou d’Illumination et ici, ils arrivent tout de même à faire vivre leurs personnages. Ils ont bien misé sur les animations faciales par exemple, c’est très important.

Cependant, le scénario est très classique et les gags sont lourds, traînent et vont trop loin, ça pourrait être plus subtil et mieux amené (les running gags sont lassants dès la 1ère fois) D’où ma réflexion quant au public visé, puisque les enfants de la salle n’ont pas semblé réagir de ouf… Pourtant, il semble s’y dégager des thèmes intéressant (la biodiversité notamment), mais le gnangan les voilent trop pour bien les saisir.

Le bon point du film réside dans les comédiens de doublages. Mon préféré Emmanuel Curtil est accompagné entre autres par Virginie Efira et même Kev Adams, qui m’a plutôt bluffé, moi qui pensais qu’il n’était là que pour le marketing, il fait du bon travail.

Donc, que dire de Drôles de Petites Bêtes du coup ?

Déçu de cette approche si simpliste, tant dans la technique que dans l’histoire. Comme je n’ai pas beaucoup lu les contes (et pas du tout regardé la série), peut-être qu’il s’agit de l’univers tel quel, car le co-réalisateur est l’auteur de produit de base. Ce qui m’a gêné, c’est que seuls les petits peuvent s’y retrouver, je préfère quand les films d’animation au cinéma s’adressent aux plus de gens possible. Je n’ai pas été touché par cette poésie, en souhaitant que d’autres spectateurs moins exigeants (ou qui ne sont jamais allé au cinéma encore) le soient !

Si vous avez envie...

… de voler dans tous les sens, de miel royal et de chanter du Piaf, découvrez le monde de ces drôles de petites bêtes.

C'est ? Drôles de Petites Bêtes

Genre ?

Durée ? 88 min

Nationalité ? ,

Sorti le ? 13/12/2017

Vu le ? 17/12/2017

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email