Doctor Sleep

J’ai découvert Shining il y a peu, grâce à Netflix. Il s’agit d’un très beau film, avec une bonne tension et des personnages impressionnants. J’ai appris (lors d’une bande-annonce pour dire vrai) qu’il existait une suite et qu’elle sortait en salle à l’automne 2019. Je me demandais à quel niveau elle allait se hisser, car ça restait compliqué qu’elle arrive, ne serait-ce qu’à égaler l’œuvre de Kubrick.

Déjà, ça parle de quoi Doctor Sleep ?

Dan a bien grandi. Il a beaucoup de mal à surmonter son traumatisme subit à l’hôtel Overlook et se noie dans l’alcool, ce qui réduit son Shining. Il décide plus tard de se reprendre en main, en s’installant à Frazier et en participant aux alcooliques anonymes. Lors de cette remontée de pente, il entre en contact psychique avec une certaine Abra Stone. Menacée par le Nœud Vrai, un groupe de serial killer mystérieux, cette jeune fille possède le même pouvoir que lui. Ensemble, ils vont s’associer pour traquer les individus meurtriers

Alors, que vaut Doctor Sleep ?

Je ne suis pas aussi emballé que je pensais, même si cela reste bien plus que le film d’hier.

À cause de la longue introduction assez confuse, j’ai du mal à bien saisir dans quoi ils veulent m’embarquer. Je suis déçu par l’histoire, qui s’avère être plus fantasy que thriller. Néanmoins, en me concentrant sur les autres aspects, j’ai pu déceler quelques points positifs.

Déjà, malgré une réticence pour l’intrigue, je la trouve originalement racontée dans l’ensemble. Cette suite n’entretient pas forcément l’ambiance mystérieuse et angoissante que Shining a pu me transmettre, mais elle propose beaucoup d’éléments osés.

Les protagonistes sortent des sentiers battus. L’image de Danny adulte casse celle de l’enfant. La fillette Abra fait preuve d’intelligence, avec un très bon équilibre de force et de faiblesse. Les antagonistes quant à eux demeurent plus classiques. J’en ai un peu assez des hippies égoïstes criminels et leur rajouter des pouvoirs ne suffit pas à les distinguer des clichés.

Je suis mitigé concernant les liens avec Shining. Techniquement, certains semblent pertinents, mais d’autres font plus fan-service. De plus, j’ai du mal à bien cerner ce que le pouvoir permet de faire.

Néanmoins, plusieurs scènes possèdent une réalisation impressionnante et déroutante. Le prochain Doctor Strange prévoit normalement d’être un film Marvel d’épouvante. S’il bénéficie de tels passages, ça sera avec plaisir. Enfin, la présence des anciens personnages évite les actuelles prouesses techniques, de remplacements numériques de visages. Cette suite propose en effet de nouveaux acteurs, qui s’investissent dans leur rôle pour le temps qu’ils ont à l’écran, suffisamment pour qu’on n’ait pas à les comparer aux originaux ou que ça fasse trop cheap.

Donc, que dire de Doctor Sleep du coup ?

Même si j’ai été déçu par l’aspect scénaristique et les quelques phases de fan-service, Doctor Sleep compte des aspects intéressants mémorables. Une sorte de mélange de bonnes et de moins bonnes choses, qui mérite quand même son visionnage.

Si vous avez envie...

… de voyage astral, de boîtes et d’enfants-vapoteuses, repartez dans le monde de Shining.

C'est ? Doctor Sleep

Durée ? 152 min

Nationalité ?

Sorti le ? 30/10/2019

Vu le ? 19/11/2019

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email