Le Labyrinthe : Le Remède Mortel

Et hop ! J’inaugure enfin les avant-premières au Grand Rex pour cette année ! Surtout que c’est la première fois que les acteurs sont ponctuels, j’ai failli les rater…

Quoi ?

Les survivants du Labyrinthe veulent sauver les derniers jeunes qui servent de cobayes à l’entreprise Wicked. Ne retrouvant pas leur ami Minho, Thomas, Newt et la bande n’ont pas le choix que d’aller le chercher de la légendaire Dernière Ville du monde…

Alors ?

Avant-première assez rapide puisque je suis arrivé et les acteurs étaient déjà là. Du coup, beaucoup de places étaient soit disant réservées, j’ai dû chercher une place avec mes amis et on n’a pas profité de la présence des acteurs. J’ai juste eu le temps de prendre des photos pour le blog ! Et puis, une fois l’équipe du film partie, la séance n’a pas attendu longtemps pour démarrer, mais heureusement on a pu finalement prendre des sièges bien placés (car finalement libérés de toutes réservation) Étaient présents, de gauche à droite, le réalisateur Wes Ball, accompagné des 3 acteurs principaux : Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster et Dylan O’Brien. Présenté par Esteban bien sûr !

En ce qui concerne la saga, j’avais refusé de voir le premier volet, lorsque dans la bande-annonce annonçait ‘d’après le best-seller‘. J’en pouvais plus de tous ces livres distopiques pour ados, adaptés au ciné alors qu’on en a jamais entendu parler. J’ai finalement cédé, regardé et été agréablement surpris par Le Labyrinthe plus tard, que j’ai vu en amont pour comprendre le 2 au ciné, Les Terres Brûlées, qui m’avait bien déçu de par ses facilités et son manque de surprise. Le 3 est dans la même lignée.

Tout le long du film, j’ai été gêné par les problèmes de logique, qui te font demander pourquoi le personnage n’a pas fait ça au lieu de ça, ou de voir que telle action est trop facile, ou encore que ce retournement était grave prévisible.

Bref, trop de mises en scènes, des deus-ex (résolution ultime improbable d’un problème qui semble impossible) à tire-larigot, certains acteurs qui jouent moyennement bien (en plus, la maigre apparition de l’actrice Nathalie Emmanuelle, qui avait l’air pourtant bien teasée dans le 2e volet)

Sans parler du public majoritairement féminin lors de la projection, qui n’hésitait à crier (sicler on va dire même) leur joie lors de l’apparition d’un personnage ou d’un enjeu résolu. Je ne parlerai pas non plus des phrases plus intenses dans le trailer que dans le film… #putaclic

Les seuls points positifs, ce sont certains design (véhicules, armes et costumes) ainsi que quelques plans, dont les compositions colorimétriques sont soignées et bien pensées. Ya une séquence aussi, avec une réalisation intéressante, qui donne un espoir, sans rien de bien fou après…

Du coup ?

Du potentiel gâché encore une fois, avec des tournures trop faciles, on n’y croit pas toujours, aussi bien dans la façon dont c’est amené que dans le jeu de certains acteurs. Le final ne semble pas si conséquent.

Si vous avez envie...

… de ‘comme de par hasard’, de retournements de situation peu surprenant et de retourner une ville, allez donc chercher le remède mortel à tout ça.

C'est ? Le Labyrinthe : Le Remède Mortel (Maze Runner: The Death Cure)

Genre ? ,

Durée ? 141 min

Nationalité ?

Sorti le ? 07/02/2018

Vu le ? 24/01/2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email