Blood Father

Je n’ai pas revu Mel Gibson depuis Expendables 3 (et avant dans Machete Kills) Et là il nous revient dans un film français de production américaine. De quoi se faire plaisir !

Quoi ?

Une adolescente, embarquée dans un braquage qui a mal tourné, se voit obligée de recontacter son père, un ex-taulard et ex-alcoolique, retiré dans le désert…

Alors ?

Il s’en sort bien. C’est assez décousu par moment, notamment lors de petits retournement de situation, mais la tension reste palpable quand il le faut. C’est moins bourrin que je pensais, car il s’agit plutôt d’un road-movie de fugitifs, traqués par des gens armés jusqu’aux dents. Mais d’un autre côté, il n’est pas aussi profond que je l’aurai vu. Il y a quelques bonnes intentions, mais pas assez exploitées à mon goût.

Cela dit, la relation père-fille est loin d’être gnian-gnian, car on a d’un côté la jeune, qui découvre la vie de criminel malgré elle et de l’autre, le père qui se veut rassurant en lui racontant qu’il a connu pire. J’ai bien aimé son pragmatisme lors de la première attaque, le recul qu’il a est assez décalé et c’est bien trouvé. Mel Gibson se fait pas tout à fait vieux et assure toujours. Par moment, le film a des tournures de film d’action old-school.

La jeune Erin Moriarty (vue dans Jessica Jones) est plutôt douée. Elle a ici cet aspect naïf mêlé à la drogue qui est plutôt sympa.

Je dirais que la violence est aussi bien dosée que Desierto, ce n’est bourrin que quand il faut et c’est une vraie fuite pleine d’obstacles. J’aurai aimé un peu plus de drame.

 

Si vous avez envie...

… de revoir un bon Mel Gibson, une virée dans l’ouest paumé et un troll sur le système américain en première scène, venez embêter le papa de la petite Lydia !

C'est ? Blood Father

Genre ? ,

Compagnies ? ,

Durée ? 88 min

Nationalité ?

Sorti le ? NC

Vu le ? 04/09/2016

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email